Obama reçoit Trump: une "excellente conversation"

18 Novembre, 2016, 14:24 | Auteur: Armand Coulomb
  • Hillary Clinton reprend une légère avance après une deuxième vague de résultats

L'élection surprise de Donald Trump, portée par la colère d'un électorat se sentant ignoré des élites et menacé par la mondialisation, menace le bilan de Barack Obama, notamment en ce qui concerne le climat, l'assurance-santé ou encore les mesures favorisant le libre-échange.

Records boursiers, transition et rhétorique apaisées, le président élu américain Donald Trump va s'atteler à la constitution de son équipe en continuant de se préparer à accéder en janvier aux plus hautes responsabilités. Barack Obama et Donald Trump ont parlé de politique intérieure mais également de politique étrangère. De son côté, Barack Obama avait déclaré en août que "le candidat républicain n'est pas qualifié pour être président" et qu'il est "lamentablement mal préparé à occuper cette fonction".

"Nous avons vraiment abordé beaucoup d'aspects, certains formidables, d'autres difficiles", a-t-il ajouté, précisant que son hôte lui avait expliqué "certaines des grandes choses qui ont été accomplies", sans en dire davantage.

"C'était un grand honneur d'être avec vous", a déclaré sur un ton très posé, presque intimidé, le magnat de l'immobilier qui a, pendant des années, alimenté une campagne de rumeurs visant à remettre en cause le fait que Barack Obama était Américain. Les deux hommes, qui se sont serré la main après s'être exprimés devant les journalistes, n'ont répondu à aucune question. Ce dernier n'a jamais caché ses divergences avec lui, mais veut faciliter une transition en douceur. Les deux femmes ont eu une " excellente conversation ", selon Barack Obama. M. Trump avait émis de sévères critiques à l'endroit des médias durant sa campagne et avait même interdit l'accès à certaines organisations de presse dont il n'aimait pas la couverture à ses rassemblements pendant un certain temps. Plus tard, il a même évoqué une "bonne alchimie" avec le président Obama.

Victoire de Trump: Obama veut une transition en douceur
Comme de nombreux commentateurs l'ont noté, l'élection de Donald Trump est également une énorme gifle pour Barack Obama. Le Canada et le Mexique se sont dit prêts à renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Le 45e président américain, qui prendra officiellement ses fonctions le 20 janvier, a rencontré les deux hommes qui seront chargés de transformer en lois son programme: Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, et Mitch McConnell, chef de la majorité du Sénat. "Franchement, dès que possible", a lancé, de son côté, M. Trump.

"L'élection est terminée, les Américains ont tranché".

Par ailleurs, des milliers de Californiens inquiets et rageurs ont envahi un important axe routier à Lors Angeles et une effigie du nouveau président a été brûlée devant l'hôtel de ville. À New York, une foule s'est rassemblée au pied de la Trump Tower, domicile du président élu, scandant " Trump à la poubelle!

Amère consolation pour Hillary Clinton, elle a perdu l'élection, dont le résultat est décompté Etat par Etat, mais au niveau national, elle a obtenu environ 230.000 voix de plus que son adversaire, selon des résultats provisoires publiés jeudi matin par le New York Times. "Nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour vous aider à réussir", a déclaré M. Obama, assis à côté du milliardaire.

Recommande: