Le Premier ministre français s'engage à "défendre le bilan" du président Hollande

05 Décembre, 2016, 09:48 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le nouveau premier ministre Bernard Cazeneuve

Loin devant Montebourg. Chez les seuls sympathisants du PS, Manuel Valls atteint 61% et Arnaud Monteboug 21%.

Arnaud Montebourg, premier candidat à avoir déposé ses parrainages jeudi, a estimé qu'il serait "difficile" au Premier ministre d'être candidat en restant à Matignon.

Dans le cas d'un simple face-à-face entre Manuel Valls et Arnaud Montebourg, l'écart entre les deux hommes est toutefois bien plus mince.

Accusé par des proches du président d'avoir précipité l'abandon de François Hollande en menaçant le week-end dernier de se présenter contre lui, Manuel Valls a de nouveau rendu hommage au choix "mûrement, longuement réfléchi" du président, un choix "qui force le respect par sa dignité".

François Hollande est finalement allé dans le sens des sondages qui le créditait successivement de 9, 8, voire 7%, selon les enquêtes d'opinion publiées cette semaine si le premier tour de la présidentielle avait lieu ce week-end. Et c'est depuis la Meurthe-et-Moselle qu'il a réagi pour la première fois à l'annonce du renoncement de François Hollande: "Le chef de l'État a expliqué à nos compatriotes son choix". "L'entrée en lice du Premier ministre, imminente, ne suscite pas l'enthousiasme de son camp", selon le quotidien classé à droite. Cette primaire, c'est OK Corral!

" La gauche est éliminée du second tour depuis dix-huit mois!"

Un camouflet pour Matteo Renzi, proche de la démission — Référendum en Italie
Les partis d'opposition n'ont pas attendu les résultats officiels pour exiger la démission de Matteo Renzi. Il réunira son gouvernement ce lundi et présentera sa démission auprès du Président de la République.

Il a pris par surprise de nombreux Français, habitués à ce que tous leurs présidents depuis 1958 briguent un second mandat.

"Ce qui change (avec ce renoncement), c'est qu'on n'est plus dans la clôture du bilan, on est déjà dans la réflexion sur +quelle gauche pour l'avenir+", a analysé auprès de l'AFP la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, possible candidate à la primaire.

Réservé sur la primaire socialiste, le parti communiste déclarait: " Une primaire citoyenne de la gauche n'a de sens qu'en redonnant la parole aux citoyens et en construisant une candidature alternative à celle de François Hollande qui est disqualifié pour porter les couleurs de la gauche.

"La primaire construit des compromis d'appareil, mais ne permet pas d'installer une cohérence programmatique", affirme encore Emmanuel Macron, qui s'en prend aussi à la primaire de la droite et du centre, qui vient de sacrer François Fillon. "Ce n'est pas la primaire de la gauche, c'est la primaire du Parti socialiste". Un constat qu'il applique d'ailleurs aussi à la primaire de droite: " C'est un succès en trompe-l'oeil.

L'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy avait un angle d'attaque tout trouvé contre François Hollande: le bilan de son quinquennat.

Recommande: