Turquie : l'ambassadeur russe blessé dans une attaque armée

22 Décembre, 2016, 08:55 | Auteur: Armand Coulomb
  • Turquie : l'ambassadeur russe blessé dans une attaque armée

Le corps de l'ambassadeur Andreï Karlov, rapatrié mardi en Russie, doit être inhumé après une cérémonie d'hommage à laquelle assistera notamment le président Vladimir Poutine, a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

L'assassinat s'est produit dans le quartier des ambassades, soulevant la question de la sécurité dans le coeur de la capitale turque déjà secouée cette année par plusieurs attentats et le coup d'État manqué en juillet. Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, a évoqué un "jour tragique dans l'histoire diplomatique de la Russie". "N'oubliez pas la Syrie, n'oubliez pas Alep", crie-t-il ensuite en turc à deux reprises.

Selon lui, "les morts d'Alep vont hanter longtemps la scène internationale".

"Nous ne laisserons pas nos frères entre les mains des tyrans", a confié à l'AFP Kubra, une jeune manifestante, faisant référence aux alliés russe et iranien de Damas. Il a finalement été tué par les forces d'intervention spéciale de la police, dépêchées sur place.

Assassinat d'andreï Karlov : coopération russo-turque pour l'enquête
Fait inédit, la Turquie a accepté la participation de 18 enquêteurs, agents des services secrets et diplomates russes à l'enquête. Mardi, un homme a par ailleurs tiré des coups de feu devant l'ambassade américaine à Ankara avant d'être arrêté.

"Il était membre de l'équipe assurant la sécurité du président juste derrière les gardes du corps", écrit Abdulkadir Selvi, un journaliste proche du pouvoir, dont il connaît bien les arcanes.

Par ailleurs, six personnes, dont les parents et la soeur du tueur, étaient en garde à vue mardi à Aydin, ville de l'ouest de la Turquie dont était originaire le tireur, a rapporté l'agence de presse Dogan. Le quotidien progouvernement "Daily Sabah" a fait la liste de tous les "indices" qui accréditent son appartenance à la mouvance.

Ces derniers mois, le président Erdogan est resté largement muet au sujet des raids russes en Syrie, qui acculent pourtant à la frontière turque des civils ainsi que les rebelles soutenus par Ankara. Il est ainsi présenté comme un des fidèles de Fethullah Gülen, prédicateur islamiste exilé aux Etats-Unis et ancien allié devenu ennemi juré de Recep Tayyip Erdogan. "Il n'y a pas eu de blessé et l'individu est détenu par la police". Les ministres russe et américain des Affaires étrangères se sont alors entretenus par téléphone dans la nuit et ont souligné la nécessité de faire davantage pour lutter efficacement contre le terrorisme, indique le ministère russe des Affaires étrangères cité par Reuters.

La Russie et la Turquie ont entamé en août un processus de normalisation de leurs relations après une grave crise née de la destruction d'un avion militaire russe par l'aviation turque en novembre 2015 au-dessus de la frontière syro-turque.

Recommande: