Bébé dans le coma à Marseille: l'hôpital saisit le Conseil d'Etat

10 Février, 2017, 12:20 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Marwa sur son lit d'hôpital

Le juge des référés du tribunal administratif de Marseille a enjoint l'hôpital de La Timone de ne pas débrancher la ventilation de Marwa et de poursuivre les soins.

SANTE La justice avait ordonné le maintien des soins contre l'avis des médecins. L'expertise n'avait pas tranché la question éthique mais avait qualifié le pronostic "d'extrêmement péjoratif" tout en décrivant " quelques éléments d'amélioration constatés".

Exactement que réclamaient ses parents, contre l'avis de l'équipe médicale qui avait proposé de débrancher l'appareil respiratoire qui maintient Marwa en vie, assimilant la poursuite des soins à un acharnement thérapeutique. Et surtout, en l'espèce, que le médecin "doit accorder une importance toute particulière à la volonté que le patient ou, en l'espèce, ses parents peuvent avoir, le cas échéant, exprimée, quels qu'en soient la forme et le sens".

Les enquêteurs retiennent la thèse de l'accident — Affaire Théo
Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les internautes à s'indigner de ces dérives policières. Malaise réel au sein de la rédaction .

A l'audience, le père de Marwa, Mohamed Bouchenafa, avait demandé qu'on laisse à sa fille "une chance de vivre", tandis que l'avocat de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), Me Olivier Grimaldi, avait mis en avant "une obstination déraisonnable des parents".

Marwa est hospitalisée depuis septembre 2016 à l'hôpital de la Timone, souffrant d'un virus qui l'a fortement handicapée. Le bébé y a été admis le 25 septembre, atteint d'un virus foudroyant. Cependant les parents avaient saisi la justice face aux progrès faits par Marwa mais aussi en raison de la rapidité de cette décision. "Malgré l'état irréversible et de perte d'autonomie dans lequel on peut se trouver, rien ne justifie l'arrêt des soins tant qu'il existe un espoir ", s'est félicitée l'avocate de la famille, Samia Maktouf, dont les propos sont rapportés par l'AFP. Une pétitionLa famille a également lancé une pétition en ligne sur la plateforme change.org demandant de "laisser plus de temps" à Marwa. Celle-ci avait recueilli plus de 135 500 signatures ce jeudi matin.

Recommande: