Canteloup s'excuse: "C'est moi qui mérite un coup de matraque…"

10 Février, 2017, 13:23 | Auteur: Franck Riqueti

L'imitateur et humoriste d'Europe 1 Nicolas Canteloup a fait son mea culpa ce mercredi 8, après s'être vu repprocher par des internautes mais aussi par ses collègues d'avoir été trop loin dans sa Revue de presque matinale.

"Je voulais dire ceci: amis gays, ce n'est pas la peine non plus de chercher un deux-pièces sur Aulnay centre, la police ne recommencera plus. C'était un accident je tiens à le préciser, pas une pratique courante sur Aulnay-sous-Bois". La radio a également effacé la vidéo de la chronique de Canteloup de ses réseaux. Jean-Marc Dumontet, producteur de Nicolas Canteloup, a publié un communiqué pour présenter ses excuses. " Une nouvelle fois, à tous les auditeurs qui nous écoutent et aux autres, j'en suis vraiment désolé ", a assuré Nicolas Canteloup.

L'histoire du jeune Théo, 22 ans, grièvement blessé après un contrôle d'identité qui a dégénéré à Aulnay-sous-Bois, ville de la banlieue parisienne, le 2 février dernier, a défrayé la chronique.

Des scientifiques ont peut-être trouvé une solution réversible de contraceptif masculin !
Mélangés à leurs congénères femelles pendant deux ans, aucune conception n'a été constatée. Le gel a été bien toléré et n'a entraîné que des complication minimes, notent les auteurs.

Ce mardi matin, Nicolas Canteloup a fait un sketch sur l'affaire de Théo qui fait actuellement la une des journaux télévisés et des médias. Imitant François Hollande, il avait notamment déclaré: "Pour Théo, j'ai rendu possible le mariage gay". L'humoriste poursuivait un peu plus loin en disant que "si Théo se découvre des sentiments pour le policier qui lui a introduit la matraque, ils pourront grâce à moi et en toute légalité s'unir". "Vous arrêtez!", répond alors une Raphael Enthoven plus sévère. Très mauvaise inspiration qui ne nous ressemble pas. La direction d'Europe 1 quant à elle n'a pas souhaité réagir. "On pensait que c'était trash, c'était juste pas drôle et vulgaire", a ajouté son manager.

"La société des rédacteurs d'Europe 1 a fait part sur son compte Twitter de " son indignation " après cette chronique, décrivant un " malaise réel au sein de la rédaction ".

Recommande: