Pour les enquêteurs, il n'y avait pas intention de viol — Affaire Théo

10 Février, 2017, 14:23 | Auteur: Franck Riqueti
  • Pour les enquêteurs, il n'y avait pas intention de viol — Affaire Théo

Après l'interpellation musclée du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois le jeudi 2 février, quatre policiers ont été mis en examen: trois pour violences volontaires en réunion, et le dernier pour viol. Il a rappelé le rôle de la police: "protéger les citoyens et pas de mettre des matraques dans les fesses", a-t-il lancé.

Puis d'ajouter: "Maintenant, je tiens à m'adresser à la population gay de ce pays. (...) Je voulais leur dire ceci: "Amis gays, ce n'est pas la peine non plus de chercher un deux pièces dans Aulnay centre, la police ne recommencera plus". "Ce n'est pas une pratique courante, c'était un accident, pas une pratique courante sur Aulnay-sous-bois".

Un peu plus loin dans sa chronique, toujours avec la voix du président français, il ajoute: " J'ai rendu possible le mariage gay. "Avec cet épisode de la matraque, si Théo, après réflexion, se découvre des sentiments pour le policier qui lui a introduit la matraque, ils pourront grâce à moi s'épouser". La speakerine Julie a ainsi rétorqué: "Arrêtez, ce sont des faits graves".

Si l'animateur de la matinale d'Europe 1 a ensuite durement condamné les propos de son imitateur sur Twitter en les qualifiant de "consternants", Cyril Hanouna a quant à lui vivement critiqué la réaction de Thomas Sotto dans cette histoire. Mais Nicolas est un type bien. "C'était un très gros dérapage ce matin, évidemment involontaire, a-t-il expliqué dans un communiqué".

L'Oréal envisage de vendre The Body Shop pour un milliard d'euros
Au quatrième trimestre, les ventes ont augmenté de 4,4% (+4,8% à périmètre et taux de change constants) à 6,78 milliards d'euros. Ces dernières années L'Oréal se renforce, en particulier en Amérique du Nord.

Il n'en fallait pas plus pour susciter l'émoi sur les réseaux sociaux.

"Certains médias et certaines personnalités politiques [.] ont voulu jeter les policiers aux chiens avant même que les enquêteurs et la justice ne se prononcent", a déploré de son côté le syndicat de police Alliance. Pas grand chose pour Nicolas Canteloup, qui a jugé bon de faire de ce sordide fait divers, le thème de sa pastille humoristique.

D'autres minimisent tout de même.

Peu de temps après, la Société des rédacteurs d'Europe 1 (SDR) a fait part de son indignation.

Recommande: