Un ex-député dissident russe abattu à Kiev

23 Mars, 2017, 16:24 | Auteur: Armand Coulomb

Interrogé par la chaîne de télévision 112 Ukraïna, le patron de la police, Andreï Grichtchenko indique privilégier pour l'instant la piste de "l'assassinat commandité".

Le garde du corps, blessé, aurait ouvert le feu à son tour sur l'assaillant.

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a qualifié cet assassinat d'"acte de terrorisme d'Etat de la part de la Russie". Il s'agit d'un homme politique russe, ancien député de la Douma (chambre basse du Parlement russe).

"Élucubrations" et accusations "absurdes", a aussitôt rétorqué le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, qui a dit "espérer que le criminel et les commanditaires soient retrouvés". "Oui, je confirme que c'est Denis Voronenkov", a-t-il continué.

Fillette de 3 ans immolée par le feu par une voisine
Mardi, aux alentours de 16h30, une fillette aurait été aspergée d'une substance hautement inflammable dans la cour commune d'un immeuble d'Auteuil (Oise).

"Compte tenu de l'identité de la victime, nous prenons comme piste prioritaire tout acte de la Russie visant à éliminer cette personne qui avait donné des preuves importantes des événements en Ukraine" ayant eu lieu pendant le soulèvement pro-européen du Maïdan, a déclaré le chef des enquêteurs, Oleksandr Vakoulenko.

Voronenkov avait fini par fuir la Russie pour se réfugier en Ukraine avec son épouse, la chanteuse Maria Maksakova, elle aussi une ancienne député en Russie. Par ailleurs, Denis Voronenkov était recherché par le Comité d'enquête russe, qui l'accuse d'"escroquerie" pour des faits remontant au début des années 2010. Denis Voronenkov avait reçu en décembre la citoyenneté ukrainienne après avoir témoigné contre l'ancien président prorusse Viktor Ianoukovitch, chassé du pouvoir après les manifestations réprimées dans le sang de février 2014.

Ces accusations sont "fausses" et "motivées politiquement", avait-il commenté.

Recommande: