Guyane: deux ministres attendus, après des "manifestations historiques"

29 Mars, 2017, 14:41 | Auteur: Franck Riqueti

Mardi doit être une "journée morte" en Guyane après un démarrage timide de la "grève générale illimitée" et alors que le Premier ministre a annoncé la venue de ministres "avant la fin de semaine" dans ce territoire français d'Amérique du Sud.

Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl et la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts sont attendus mercredi en Guyane, au lendemain du succès de la "journée morte" en Guyane qui a donné lieu à "la plus grosse manifestation jamais organisée" sur le territoire, de l'aveu même de la préfecture.

Le Premier ministre a réagi ce midi depuis l'hôtel de Matignon aux démonstrations de ras-le-bol des Guyanais.

"Une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine" pour conclure les discussions engagées par la mission de hauts fonctionnaires dépêchée samedi, a déclaré à Paris le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, au côté de la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, qui a reconnu que la situation était "tendue" en Guyane. 250.000 personnes vivent en Guyane.

" La première priorité, c'est la lutte contre l'insécurité, le renforcement des moyens", a déclaré le chef de l'Etat, notant que certains moyens " ont été déployés " et que " d'autres vont arriver", alors qu'une grève générale illimitée a été déclenchée en Guyane. "La signature de ce pacte pourrait intervenir dans les meilleurs délais", a-t-il ajouté. "Si toutefois les conditions du respect (.) et de l'ordre républicain sont réunies", a-t-il précisé, en annonçant aussi notamment qu'un "centre pénitentiaire et un tribunal de grande instance" seraient "construits à Saint-Laurent-du-Maroni".

Le collectif "Pou La Gwiyann dékolé" regroupe à la fois des collectifs contre la délinquance et pour l'amélioration de l'offre de soins, l'Union des travailleurs guyanais (UTG), syndicat principal du territoire, des transporteurs, des socioprofessionnels, des agriculteurs, des enseignants et depuis lundi des avocats.

Pétrole : après le WTI, le baril de Brent teste les 50$
Le cartel met en oeuvre depuis le 1er janvier un accord de baisse de l'offre, non seulement entre ses membres, mais aussi avec d'autres pays comme la Russie.

La mission interministérielle, pilotée par l'ancien préfet de Guyane Jean-François Cordet, a fait dimanche plusieurs annonces visant à désamorcer le mouvement social.

L'ancienne ministre de la Justice et personnalité guyanaise Christiane Taubira appelle au dialogue dans le quotidien Le Parisien de mardi, "sinon le blocage va durer". "Les revendications sont éparses et les collectifs ne sont pas d'accord entre eux", note une source gouvernementale.

Bernard Cazeneuve s'est est pris de son côté à ceux qui cèdent à "la démagogie" et "l'électoralisme".

A quelques semaines du premier tour de l'élection présidentielle française, prévu le 23 avril, les candidats et leurs équipes se sont emparés de la situation de la Guyane et du sort fait à ses 260'000 habitants.

"Marine Le Pen (FN) a dénoncé le " service cruellement minimum " du gouvernement en Guyane. " Cette situation est la conséquence de l'échec de la politique de François Hollande ", a accusé François Fillon (LR).

Recommande: