L'EI revendique l'attentat — Attaque de Londres

29 Mars, 2017, 23:27 | Auteur: Franck Riqueti

La police, qui a procédé à huit arrestations, avait indiqué privilégier la piste du "terrorisme islamiste". C'est la question à laquelle tentent de répondre les enquêteurs britanniques, qui ont appelé ceux qui le connaissaient à se rapprocher de la police. Élevé par sa mère, il a grandi à Rye, dans le Kent. Il habitait jusqu'en juin dernier à Birmingham avec sa femme et leurs enfants, selon des témoins qui ont dépeint un homme "très religieux".

Deux nouvelles arrestations "importantes", en lien avec l'attentat perpétré ce mercredi à Londres, ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé le commandant de l'antiterrorisme britannique, Mark Rowley.

A la suite de cet attentat meurtrier, la Première ministre britannique Theresa May a déclaré mercredi que le niveau d'alerte terroriste restait fixé à "grave". "Nous continuons à nous concentrer sur la motivation, la préparation et les associés de l'attaquant", a précisé Mark Rowley, le chef de l'unité anti-terroriste britannique.

L'ambassade d'Arabie saoudite à Londres a déclaré vendredi 24 mars dans un communiqué que Masood n'était pas connu des services de sécurité saoudiens et qu'il n'avait pas de casier judiciaire dans le royaume.

Masood avait été condamné et emprisonné à plusieurs reprises dans le passé pour agressions, possession d'armes et trouble à l'ordre public, entre 1983 et 2003, a indiqué Scotland Yard.

Le gouvernement britannique interpelé sur le Brexit — Ryanair
Au fond, il s'agit de limiter les dégâts [.] Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir et avons les outils pour y arriver. Le sort de ces 3 millions d'Européens et du million de Britanniques installés sur le Continent sera l'une de ses priorités .

Le député a ajouté qu'une douzaine de tentatives d'attentat avaient été déjouées ces 18 derniers mois au Royaume-Uni.

Son âge, 52 ans, interpelle les analystes.

Des centaines de personnes ont organisé une veillée, jeudi soir à Trafalgar Square, place emblématique du centre de Londres, en hommage aux victimes de l'attentat. "Les Londoniens ne se laisseront pas intimider par le terrorisme". Il s'agit de deux hommes et une femme. L'hôtel a été perquisitionné par la police après que celle-ci a découvert une facture de l'établissement dans la voiture de location utilisée pour faucher les piétons sur le pont de Westminster.

Les autres victimes sont une femme britannique d'une quarantaine d'années, Aysha Frade, et un Américain d'une cinquantaine d'années, Kurt Cochran, tués sur le pont de Westminster, enjambant la Tamise face à Big Ben, où la voiture de l'auteur de l'attaque a foncé dans la foule. Il a ensuite poignardé à mort un policier dans la cour du Parlement, symbole de la démocratie britannique, avant d'être abattu par la police. Sept blessés sont dans un état critique. Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont revendiqué jeudi 23 mars l'attentat.

Recommande: