Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat

05 Avril, 2017, 17:08 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat

L'annulation de ces mesures environnementales permettra également "un accès fiable et propre à électricité et à d'autres sources d'énergie à un prix abordable afin de stimuler la croissance économique et la création d'emplois", a fait savoir la même source. Ce plan impose aux centrales thermiques des réductions de leurs émissions de CO2 de 32% d'ici à 2030 par rapport à 2005.

Sur la seule année 2015, la production de charbon américaine a diminué de plus de 10%, tombant à ses plus bas niveaux depuis 1986 et le nombre de mineurs de 12% à 65.971, le plus bas depuis que l'EIA a commencé à collecter cette statistique en 1978.

Trois des lauréates présentes viennent de pays musulmans frappés par le décret migratoire - pour l'heure bloqué par la justice - qui doit empêcher des terroristes potentiels d'entrer aux États-Unis sous le couvert d'un statut de réfugié ou d'un visa trop facilement attribué. Le réexamen de ce projet devrait prendre un certain temps.

Mais la plupart des experts sont sceptiques et doutent que le décret qui sera signé mardi puisse se traduire par des créations nettes d'emplois.

"Cela n'aura pratiquement aucun impact", juge le professeur James Van Nostrand de l'université de West Virginia, rappelant que le déclin du charbon est d'abord lié à la hausse des coûts d'exploitation et la concurrence accrue du gaz naturel et des énergies renouvelables. "Démanteler l'EPA et se débarrasser de la règlementation ne fera pas renaître l'industrie du charbon". Mardi 28 mars, ce grand climatosceptique de Donald Trump a signé un décret "sur l'indépendance énergétique" conduisant à la relecture du "Clean Power Plan", le plan pour une énergie propre développé par l'administration Obama.

Trump signe le décret sur l'indépendance énergétique — Climat
Une position consistant à opposer environnement et économie que les Acoords de Paris ont pourtant commencé à ringardiser. Une manière de répondre "aux inquiétudes de certains" concernant son rôle de conseillère du président.

"Mon administration met un terme à la guerre contre le charbon".

Depuis que Donald Trump a remporté la présidentielle américaine en novembre, son vaste empire financier a été examiné à la loupe par des experts en éthique, qui estiment qu'il pose de graves problèmes de conflits d'intérêts et soulève de nombreuses questions sur l'absence de frontière claire entre ses affaires - et celles de sa famille - et ses fonctions politiques. Scott Pruitt, qui a récemment affirmé, à rebours du consensus scientifique international, que les émissions de CO2 n'étaient pas une des causes majeures du réchauffement climatique en cours, a réitéré ses critiques sur l'accord de Paris sur le climat.

"Etant donné son rôle, il a proposé de lui-même de parler à la commission présidée par Richard Burr mais n'a pas encore reçu de confirmation", a-t-il ajouté.

De quoi relancer les interrogations sur l'attitude des États-Unis vis-à-vis de l'accord de Paris, signé à la fin 2015 par plus de 190 pays. "C'est en cours de discussion", a indiqué lundi soir un responsable de l'exécutif. Ces chiffres en recul n'empêchent toutefois pas les Etats-Unis d'être le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine.

Recommande: