STX: Pas de nationalisation, vers une majorité relative italienne

06 Avril, 2017, 14:59 | Auteur: Armand Coulomb
  • Benoît Hamon sur le plateau de BFM TV et CNews le 4 avril 2017 à La Plaine-Saint-Denis

Le groupe italien Fincantieri aurait accepté de ne prendre qu'une majorité relative du capital.

"L'Italie disposera néanmoins du contrôle des anciens Chantiers de l'Atlantique grâce à la présence aux côtés du premier constructeur européen de navires de croisières d'une fondation bancaire privée italienne, qui obtiendrait autour de 10%" du capital, ajoute-t-il.

Selon Les Echos, "Fincantieri a accepté de ramener sa participation sous les 50% mais avec un partenaire italien" qui permettra aux Italiens d'avoir le contrôle de STX France.

Attaque chimique en Syrie : l''ONU reporte son vote, Trump menace d'agir
Mais, pour Abdelhakim Bachar, "tant que ce régime est en place il ne sera pas possible de vaincre le terrorisme". Enfin, il menace d'imposer des sanctions en vertu du chapitre 7 de la charte des Nations unies.

Un premier partenaire proposé par Fincantieri, une émanation de la Caisse des dépôts italienne, elle même actionnaire majoritaire de l'industriel, avait été retoqué par la France. Autant dire un +faux nez+, vu de Paris.

Une réunion est prévue en fin de journée avec le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue à Bercy. "Le reste des titres devrait se partager entre l'Etat français, qui conserverait ses 33 % actuels, et le groupe militaire public DCNS", selon Le Monde.

Également interrogé par l'AFP, Fincantieri n'a pas non plus souhaité s'exprimer.

Recommande: