" Assad est le seul responsable " des frappes américaines, selon Paris et Berlin

07 Avril, 2017, 17:28 | Auteur: Basile Toussaint

Le document insistait sur le professionnalisme dont doivent faire preuve les pilotes, conseillait l'utilisation de certaines fréquences radio communes et préconisait la création d'une ligne de communication secondaire au sol.

"Cette démarche de Washington cause des dommages importants aux relations russo-américaines, qui sont déjà dans un état déplorable".

Le général H.R McMaster, le conseiller à la sécurité nationale du président Trump, a affirmé de son côté que les Américains avaient évité de frapper un endroit "où nous pensons qu'il y a du gaz sarin stocké".

La Russie est le principal allié du régime syrien et mène des frappes aériennes depuis la fin septembre 2015 en Syrie, où elle a déployé avions et hélicoptères.

"Agression américaine visant des cibles militaires syriennes avec plusieurs missiles", a alerté la chaîne sitôt après l'annonce américaine.

"La Coalition de l'opposition salue la frappe et appelle Washington à neutraliser la capacité du (président syrien Bachar al-) Assad à mener des raids", a indiqué Ahmad Ramadan.

Pour l'OL, le PSG est responsable
La fouille était inexistante, les billets n'ont même pas été contrôlés et notre bloc devait être sécurisé par des stadiers. Evidemment, dans le contrat de location, il y avait ces cas de figures. "J'ai suivi de très près ces événements".

D'après le responsable du Pentagone, cette base aérienne est " associée au programme " syrien d'armes chimiques et " directement liée " à l'attaque perpétrée contre la localité de Khan Cheikhoun le 4 avril et ayant tué 58 civils et blessé quelque 170 autres, dont des enfants.

Le président américain Donald Trump a déclenché jeudi soir des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée à Damas, qui a fait des dizaines de morts mardi. Le ministre des affaires étrangères avait été informé dans la nuit par son homologue américain, Rex Tillerson."L'usage des armes chimiques, c'est bien une terrible réalité, a-t-il insisté, nous le savons malgré la dénégation, les mensonges et la propagande de Bachar Al-Assad et son régime, et ça, c'est sûr, malgré les engagements pris par son pays".

Grand allié des Etats-Unis, Israël a apporté son soutien "total " à la décision de Trump, espérant que ce "message fort " serait "entendu non seulement à Damas, mais aussi à Téhéran, Pyongyang et ailleurs", a déclaré le bureau du premier ministre Benyamin Nétanyahou dans un communiqué rapporté par Le Monde.

Donald Trump a, depuis son investiture, menacé de passer à l'acte pour bombarder la Syrie.

- La Turquie s'est également félicitée de ces frappes américaines, qu'elle a jugées "positives", selon le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus. Dans une allocution, le président français a ajouté que la "réponse" américaine devait être "poursuivie au niveau international" et a souhaité une action "dans le cadre des Nations unies, si c'est possible".

Le porte-parole américain a laissé entendre que la frappe n'avait pas vocation à être répétée.

Recommande: