Beyrouth - La position américaine sur la Syrie depuis 2011

07 Avril, 2017, 21:43 | Auteur: Basile Toussaint

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a accusé vendredi les États-Unis d'utiliser de "fausses allégations" pour attaquer la Syrie et d'être "aux côtés" des groupes jihadistes Al-Qaïda et État islamique (EI).

- Le président polonais Andrzej Duda a exprimé "son entier soutien à l'opération militaire menée par l'armée américaine en Syrie".

"Le Japon soutient la " détermination " des Etats-Unis, a également annoncé son Premier ministre Shinzo Abe, jugeant que l'action américaine avait " eu pour but d'éviter une aggravation de la situation ".

Ce contexte explique les réactions des autorités françaises, qui approuvent les frappes menées dans la nuit par les Tomahawk américains sur la base syrienne d'où auraient décollé les avions qui bombardèrent Khan Cheikhoun, mardi 4 avril.

" Nous devons au plus vite mettre un terme à la barbarie du régime d'al-Assad", a-t-il ajouté, appelant la communauté internationale à maintenir une " position claire contre cette barbarie " et à accélérer le processus de paix. "Il est évident que les frappes de missiles ont été préparées d'avance (.) et la décision sur ces frappes a été prise à Washington bien avant les événements à Idleb, qui n'ont servi que de prétexte pour une démonstration de la force", a-t-elle affirmé.

Russie : la frappe américaine en Syrie est un acte d'agression
La communauté internationale a rapidement réagi suite aux frappes américaines qui ont ciblé dans la soirée de jeudi une base aérienne du régime Assad.

9h50 Assad est le "seul responsable" des frappes américaines en Syrie, selon Hollande et Merkel.

Le gouvernement syrien n'a pas officiellement réagi mais la télévision d'Etat a qualifié les frappes d'"agression". Cette attaque est attribuée par les Occidentaux et la Turquie au régime de Bachar al-Assad, qui dément toute implication dans ce raid et reste soutenu par la Russie, qui bloque toute possibilité de résolution de condamnation ferme de l'attaque de la part du Conseil de sécurité. Il précise que le Royaume-Uni "est déterminé à empêcher toute nouvelle attaque" du régime de Damas. "L'agression américaine a provoqué la mort de neuf civils, dont quatre enfants, fait sept blessés et provoqué d'importantes destructions dans les maisons des villages d'Al-Chaayrate, Al-Hamrate et Al-Manzoul", proches de la base visée, a indiqué vendredi l'agence officielle Sana.

8h50 L'Iran, allié du régime de Bachar el-Assad, a condamné "vigoureusement" les frappes américaines vendredi sur une base militaire syrienne, que l'Arabie saoudite, qui soutient les insurgés en Syrie, a dit soutenir "complètement".

Avec cette action militaire au 77e jour de son mandat, le président américain Donald Trump a l'occasion, mais pas la garantie, de modifier l'image de désordre que renvoie son administration, observe le New York Times. "Cette action est appropriée et juste", a déclaré le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan.

Recommande: