Des missiles américains lancés contre une base aérienne — Syrie

07 Avril, 2017, 20:08 | Auteur: Basile Toussaint

En difficulté depuis plusieurs mois face au régime, la coalition de l'opposition politique syrienne s'est félicitée de l'opération américaine.

" Cette action de Washington cause un préjudice considérable aux relations russo-américaines, qui sont déjà dans un état lamentable", a ajouté le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Ce vendredi, François Hollande s'est exprimé après les frappes américaines en Syrie.

La majorité des chancelleries occidentales ont apporté leur soutien à cette initiative. C'est la première fois que les Etats-Unis s'attaquent directement au régime de Bachar el-Assad. Le nouveau président des Etats-Unis a de la sorte changé radicalement de position à l'égard du Président syrien que son administration avait remis en selle il y a quelques jours en ne réclamant plus officiellement son départ comme préalable à une sortie de crise.

"L'une de nos bases aériennes dans le centre du pays a été visée à l'aube par un missile tiré par les Etats-Unis, provoquant des pertes", a ensuite signalé une source militaire citée par la télévision d'Etat, sans préciser s'il s'agit de pertes humaines ou matérielles.

L'Iran et la Russie condamnent, Jean-Marc Ayrault, la Grande-Bretagne et la Turquie approuvent.

" Assad porte l'entière responsabilité de ce développement". Le gouvernement syrien, lui, a démenti toute implication. "Les Russes et les Iraniens doivent comprendre que soutenir Assad n'a pas de sens, nous ne souhaitons aucune confrontation avec eux". Le Japon a également soutenu "la détermination" des États-Unis, alors que l'Allemagne a estimé que ces frappes étaient "compréhensibles".

Mme Le Pen a laissé entendre qu'il fallait continuer à parler au président syrien Bachar al-Assad "tant qu'il n'y a personne d'autre de crédible". La Russie a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU. "Que les Etats-Unis réagissent en attaquant les structures militaires du régime (de Bachar al-Assad) qui a commis ce crime de guerre, est compréhensible ", a jugé le ministre Sigmar Gabriel dans un communiqué.

Des juges et journalistes visés par menacés de mort, une enquête ouverte
Sur l'en-tête, le dessin d'un canard a été imprimé à la place des initiales "EP", précise le site d'information. Le site Mediapart a rendu public ce courrier, accompagné d'une balle de carabine.

Ce jour-là, un raid imputé à l'armée syrienne contre la localité rebelle de Khan Cheikhoun (nord-ouest) a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants. Les frappes aériennes américaines en Syrie dans la nuit de jeudi à vendredi ont entraîné des réactions partagées dans le concert international.

"Je pense que le bilan humain n'est pas élevé, mais il y a des dégâts matériels".

"Pendant des années les tentatives pour changer le comportement de [Bachar Al-Assad] ont toutes échoué, échoué lamentablement", a déclaré Donald Trump depuis sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, où il recevait le président chinois Xi Jinping. Le porte-parole a indiqué que les militaires américains connaissaient "l'endroit précis" de la base utilisé par les militaires russes, a-t-il précisé.

En 2013, l'ex-président Obama avait renoncé au dernier moment à frapper en Syrie après une attaque chimique imputée au régime.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) annonce que quatre soldats syriens ont trouvé la mort au cours de ses frappes dont un général de brigade de l'armée de l'air, et six ont été blessés.

Il est dans l'intérêt vital pour la sécurité nationale des États-Unis de prévenir et dissuader la propagation et l'usage d'armes chimiques mortelles, a estimé Trump, qui appelé "toutes les nations civilisées" à collaborer avec les États-Unis pour mettre un terme au massacre et au carnage en Syrie.

Le président russe Vladimir Poutine considère " ces frappes comme une agression contre une nation souveraine, en violation de la loi internationale et aussi sous un prétexte inventé".

Recommande: