Syrie : des missiles américains lancés contre une base aérienne

08 Avril, 2017, 01:06 | Auteur: Armand Coulomb
  • Syrie : des missiles américains lancés contre une base aérienne

"Pour éviter la reproduction de ce type de massacres (l'attaque présumée chimique imputée au régime), il est nécessaire d'instaurer sans tarder une zone d'exclusion aérienne et des zones de sécurité en Syrie", a déclaré le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, qualifiant les frappes américaines de "réponse positive aux crimes de guerre du régime de Bachar el-Assad".

Il faut "continuer à mettre la pression sur un certain nombre de partenaires de la Syrie, comme la Russie et l'Iran, pour que les principes du droit international puissent prévaloir", a-t-il souligné.

Deux navires de la marine américaine ont tiré plusieurs dizaines de missiles de croisière depuis la partie orientale de la Méditerranée contre une base aérienne contrôlée par les forces du régime syrien. Le peuple syrien a un ennemi: "Bachar al-Assad", a déclaré à son arrivé à l'aéroport de Bastia le candidat d'En Marche à l'élection présidentielle, qui a dit "prendre note de l'intervention américaine" et souhaiter "une action concertée" inscrite "dans le mandat de l'ONU".

D'après l'observatoire syrien des droits de l'homme, la base d'Al-Shayrat " est considérée comme la deuxième plus grande base aérienne en Syrie ".

De son côté, l'armée syrienne a annoncé un bilan de six morts. Selon les Russes, l'aviation syrienne aurait frappé un entrepôt qui contenait ces armes interdites. Alors que son départ était jusque-là un préalable aux négociations, ils misent désormais sur les élections pour pousser Bachar Al-Assad à quitter le pouvoir. Si l'attaque chimique de Kahn Cheikhoun a choqué l'Allemagne, à tel point que Bild s'était indigné en une "qu'on ne fasse rien", les conséquences de la frappe décidée dans la nuit de jeudi à vendredi par le président Donald Trump inquiètent. A noter que cette prise de position ne mentionne pas spécifiquement la frappe militaire américaine de cette nuit. Ce flottement de l'administration Trump suscite l'ire d'élus républicains du Congrès, John McCain en tête, qui dénonce le "retrait des Etats-Unis" et "un nouveau chapitre honteux de l'histoire américaine".

Le président russe Vladimir Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une "agression contre un Etat souverain", a déclaré le Kremlin, principal allié du régime de Bachar al-Assad.

Donald Trump accueille Xi Jinping en Floride
Donald Trump accueille le président chinois Xi Jinping dans sa résidence de Mar a Lago en Floride 07 avril 2017. C'est la première fois que les dirigeants des deux premières puissances économiques mondiales se rencontrent.

Les services de renseignement américains ont établi que les avions ayant mené cette attaque étaient partis de la base d'al-Chaayrate, connue comme un lieu de stockage d'armes chimiques avant 2013, selon le Pentagone. La Chine a pour sa part appelé à "éviter toute détérioration" de la situation.

- Le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a estimé que les frappes américaines étaient "une réponse motivée à un crime de guerre" et qu'elles devraient "accélérer la recherche d'une solution négociée durable".

L'attaque aurait fait 10 morts dans les rangs des soldats de l'armée syrienne et 9 avions aurait été détruite. "Mon attitude sur la Syrie et Assad a beaucoup changé", a d'ailleurs déclaré Donald Trump.

Washington accuse le régime syrien d'avoir utilisé à Khan Choukheir "un agent neurotoxique qui a les caractéristiques du sarin", selon un haut responsable de la Maison Blanche. Même s'il n'est pas inhalé, son simple contact avec la peau bloque la transmission de l'influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire.

D'après lui, l'aviation a frappé mardi "un entrepôt de munitions appartenant" à des jihadistes et "contenant des substances chimiques".

Recommande: