"Agression contre un État souverain", dit la Russie de l'intervention américaine

09 Avril, 2017, 10:36 | Auteur: Armand Coulomb

Dans la foulée, Donald Trump appelle toutes les "nations civilisées" à œuvrer pour faire cesser le bain de sang.

La question du "prétexte", comme l'évoque le Kremlin, est aussi à l'origine des doutes émis par Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l'élection présidentielle française qui, invité de Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat jeudi, laissait déjà entendre son scepticisme quant à l'implication du régime de Bachar al-Assad dans l'attaque chimique, indiquant vouloir attendre d'avoir plus d'éléments de preuve avant de se prononcer: "Donald Trump n'est même pas passé par l'ONU".

Les images de victimes agonisantes, dont les symptômes étaient similaires à ceux constatés sur des victimes d'attaques chimiques selon des médecins sur place, ont choqué le monde. Un intense bombardement nocturne décidé en représailles à l'attaque chimique meurtrière que l'armée de Bachar Al-Assad est suspectée d'avoir lancée contre une petite ville et ses habitants, mardi 7 avril.

Le président républicain, pour qui la priorité en Syrie était la lutte contre l'Etat islamique, a immédiatement ordonné qu'il y ait une liste de sanctions possibles contre Assad, selon de hauts responsables qui ont participé aux réunions à huis clos qui se sont succédées pendant deux jours. L'attaque a ciblé principalement la base aérienne d'Al-Shayrat, qui est selon les Etats-Unis; " associée au programme " syrien d'armes chimiques et que l'on soupçonne d'être à l'origine de dizaine de morts. L'allié du régime syrien a ajouté que la Russie ne croit pas que la Syrie dispose d'armes chimiques.

8h50 L'Iran, allié du régime de Bachar el-Assad, a condamné "vigoureusement" les frappes américaines vendredi sur une base militaire syrienne, que l'Arabie saoudite, qui soutient les insurgés en Syrie, a dit soutenir "complètement".

"Je pense que ce sont les ultras à Damas qui auraient pris la décision pour se venger des Russes qui négocient sur le dos de la Syrie".

Attaque en Syrie: les Etats-Unis menacent de passer à l'action
D'après lui, l'aviation a frappé "un entrepôt de munitions appartenant" à des jihadistes et "contenant des substances chimiques". La Turquie, où de nombreux blessés ont été évacués, a évoqué une exposition des victimes à un "agent chimique".

10h20 "Nous appelons le Conseil de sécurité de l'ONU à tenir une réunion d'urgence pour discuter de la situation", a souligné la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, en dénonçant une "approche irréfléchie" de Washington dans le conflit syrien.

12h40 Neuf civils dont quatre enfants ont péri dans les frappes américaines qui ont visé une base militaire du régime en Syrie, a annoncé vendredi l'agence officielle Sana. Le but est de punir les excès du régime et non d'aller à la confrontation. Etats-Unis, France, Grande-Bretagne. Plusieurs pays occidentaux mettent en cause le régime de Damas.

"Pourquoi aurait-il gâché cette opportunité en lançant une attaque chimique dans une localité qui n'a aucune importance stratégique ou militaire?"

9h30 La Turquie considère les frappes américaines contre une base militaire du régime syrien comme "positives" a déclaré vendredi le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, cité par l'agence pro-gouvernementale Anadolu.

"Toute cette opération les remet en scène et les rapproche de nouveau des Américains avec l'espoir que Washington changera d'avis sur Assad", estime-t-il.

Recommande: