Présidentielle : Hamon tacle Mélenchon

16 Avril, 2017, 15:49 | Auteur: Thibaud Popelin

Au 1er tour, j'ai glissé un bulletin Arnaud Montebourg dans l'urne, après avoir appelé à voter pour ce candidat. Depuis, ils sont quelques uns dans son entourage à le pousser à faire un nouveau geste en direction du candidat de la France Insoumise. Tout en étant un soutien officiel de... Le travail, l'économie, l'Europe, l'écologie, etc. Jean-Luc Mélenchon a parcouru ces différents thèmes avec son style bien caractéristique. Dans une campagne "surtout marquée par les rebondissements des affaires (...), dit la ministre, son engagement, sa volonté d'élever le débat, le fond historique qu'il porte, je crois que c'est ça qui a marqué l'opinion dans un moment où les gens désespéraient du niveau très bas du débat politique".

Benoît Hamon a pris énormément de retard dans les intentions de vote. Le député des Yvelines, abandonné par une partie de ses camarades socialistes, est bloqué dans les tréfonds des sondages.

25 000 Insoumis sont venus écouter leur orateur: Jean-Luc Mélenchon.

La mise en garde d'Hollande contre Mélenchon
Mélenchon ne s'en cache pas: après s'être "assuré bien que nous ayons doublé Monsieur Fillon (.) je crois que c'est Monsieur Macron", qui deviendra l'objectif à dépasser, analyse-t-il.

" Si j'avais gagné la primaire..."

Interrompu à plusieurs reprises par des applaudissement nourris, Benoît Hamon a également ironisé sur Emmanuel Macron, qualifié de candidat "tic et tac" pour ses positions contradictoires sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, la dépénalisation du cannabis ou la colonisation. Un point, jusque là passé inaperçu, désormais agité par ses adversaires comme un repoussoir depuis qu'il a été mis en lumière il y a quelques jours sur le plateau de C à Vous. A commencer par le projet d'une " VIe République", qu'il a toujours défendu depuis ses débuts en politique.

Le maire de Grenoble Eric Piolle (EELV) a annoncé vendredi à l'AFP qu'il voterait pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle pour "encourager le rassemblement de la gauche, des écologistes et des citoyens". Pour montrer, aussi, en quoi le soi disant candidat " et de droite et de gauche", Emmanuel Macron, était un candidat de droite, un néolibéral de la plus belle eau, cherchant, à grand peine, à le dissimuler sous une peau d'agneau, pourtant taillée à sa mesure par les médias dominants.

Recommande: