Corée du Nord: échec d'un nouveau tir de missile, selon Séoul

18 Avril, 2017, 03:21 | Auteur: Armand Coulomb

Le ministère des Affaires étrangères britannique s'est lui déclaré "inquiet" face à ce nouveau tir, affirmant "suivre la situation de près". A la tribune, Kim Jong-un portait régulièrement une paire de jumelles à ses yeux ou souriait béatement: à ses pieds, sur l'immense place principale de la capitale, deux nouveaux types de missiles balistiques ont été exhibés pour la première fois, l'un intercontinental, l'autre mer-sol.

A lire aussi: Jusqu'où peut aller l'escalade entre Donald Trump et Kim Jong-un?

"Laissez-moi vous assurer que sous la direction du président Trump, notre détermination n'a jamais été aussi forte, notre engagement dans cette alliance historique avec le peuple courageux de Corée du Sud jamais aussi fort. Avec votre aide et celle de Dieu, la liberté prévaudra à jamais sur cette péninsule", a lancé dimanche le vice-président américain.

S'exprimant avant une gigantesque parade militaire organisée à Pyongyang à l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le n°2 du régime a promis que son pays était "prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale".

Pour ce pays communiste isolé sur la scène internationale, il s'agissait d'adresser "un message sans équivoque aux Etats-Unis après les propos de l'administration Trump et ses initiatives militaires", confirme Evans Revere, du centre de recherches Brookings Institution à Washington.

"Nous sommes prêts à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon", a insisté Choe Ryong-Hae au cours d'une cérémonie ayant précédé le défilé.

Washington dit travailler étroitement avec la Chine sur le cas nord-coréen
Elle a dit qu'elle avait développé un missile susceptible d'atteindre le territoire américain. Pour Séoul, il s'agit de mesures de représailles au déploiement du Thaad .

Le président américain Donald Trump, qui a dépêché dans la zone un groupe aéronaval, avait affirmé jeudi sa volonté de "traiter" le "problème" des programmes balistique et nucléaire nord-coréen interdits.

Les Etats-Unis maintiennent quelque 28.500 militaires en Corée du Sud. Puis un défilé de chars a suivi, avant la présentation de 56 missiles de dix types différents montés sur des semi-remorques, dont des missiles lançables depuis des sous-marins.

Les navires ont quitté les ports du Nord-Est chinois, ces derniers jours, après que les compagnies de trading chinoises ont reçu un ordre des douanes de Pékin, daté du 7 avril: les cargaisons habituelles de charbon devaient être renvoyées à leur expéditeur, la Corée du Nord voisine.

Alors que le régime stalinien a effectué dimanche un tir de missile raté, les soldats visibles depuis une vedette chinoise semblent singulièrement désoeuvrés, qu'ils soient assis sur un vélo, plongés dans leur lecture ou dans la fumée de leur cigarette, à côté de femmes occupées à laver des vêtements dans l'eau du fleuve.

Les Etats-Unis rejettent le plan chinois.

Depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), qui s'est achevée par un armistice et non par un accord de paix, Pyongyang assure avoir besoin de l'arme nucléaire pour se protéger d'une possible invasion américaine.

Recommande: