Deux Suédois, un Britannique et un Belge tués — Attentat à Stockholm

18 Avril, 2017, 04:27 | Auteur: Armand Coulomb
  • Suède le suspect de l'attentat reconnaît

La foule s'est tue à midi sous le regard de policiers nombreux dont les véhicules étaient adornés de roses rouges.

"Je suis tellement triste pour la Suède, c'est le meilleur pays qui soit, j'ai envie de pleurer, beaucoup sont morts pour rien ici", témoigne Fadi Mdalal, un jeune homme originaire de Syrie.

Une cérémonie solennelle s'est tenue à midi (10H00 GMT) dans le parc de l'Hôtel de ville de Stockholm, face à un bras de mer où patrouillait une vedette de la police, en présence de membres de la famille royale, du gouvernement, du Parlement et du corps diplomatique.

Le roi Carl XVI Gustaf, la reine Silvia, en larmes, la princesse héritière Victoria et le prince Carl Philip ainsi que le Premier ministre Stefan Löfven se sont recueillis sous une pluie glaciale.

Les autorités ont identifié trois des quatre personnes décédées.

"Je veux vous dire: vous n'êtes pas seuls, nos pensées vous accompagnent, la Suède est à vos côtés", a-t-il déclaré, très ému.

Une femme et une fillette suédoises ainsi qu'un Britannique et une Belge sont morts, 15 personnes ont été blessées, dont deux se trouvaient toujours ce dimanche dans un état critique.

"La peur ne peut régner, le terrorisme ne peut jamais gagner", a lancé la maire de Stockholm, Karin Wanngård.

Le suspect, un travailleur de la construction et père de quatre enfants, est décrit par la police comme un sympathisant du groupe terroriste de l'"État islamique", qui devait être expulsé de Suède après que sa demande de permis de résidence a été rejetée l'année dernière.

Marine Le Pen est l'invitée de RTL
Emmanuel Macron , 20%, celui de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon , 20%, et enfin celui de la droite François Fillon , 19%. Le candidat socialiste, Benoît Hamon, en grande difficulté selon les sondages , est en tournée dans l'Ouest de la France.

Il est soupçonné d'être l'homme qui a foncé sur la foule, au volant d'un camion volé, sur plusieurs centaines de mètres, à Drottninggatan, la rue piétonne la plus fréquentée de la capitale suédoise, avant d'aller s'encastrer dans la façade d'un grand magasin.

La police suédoise s'est dite samedi confiante de tenir l'auteur de l'attentat au camion bélier qui a fait quatre morts la veille à Stockholm, le présentant comme un Ouzbek de 39 ans connu des services de renseignement.

L'enquête pourrait prendre "un an", a prévenu le directeur-adjoint de la police nationale, Mats Löfving. Selon la police, il montrait "de l'intérêt pour des organisations extrémistes comme l'État islamique".

Il avait repéré les lieux auparavant. Le suspect dit avoir reçu un "ordre" direct du groupe EI de frapper Stockholm.

La police se refuse à confirmer ces informations mais reconnaît que les déclarations de M. Akilov font partie des éléments à charge. Mais la vie reprenait lentement ses droits dans la capitale suédoise, entre tristesse et fatalisme.

Le Parquet a par ailleurs annoncé mardi avoir levé la garde à vue d'un homme -un Ouzbek selon la presse- arrêté dimanche dans le cadre de l'enquête.

"Nous avons malheureusement perdu une compatriote dans l'attentat à Stockholm", a écrit Didier Reynders sur le réseau social Twitter, où il a également adressé ses condoléances à la famille et aux proches de la victime.

Le ministre de la Justice, Morgan Johansson, a dit lundi à l'AFP mettre à l'étude un renforcement de l'arsenal judiciaire antiterroriste.

Recommande: