Nouveaux départs de migrants vers des centres d'accueil — Grande-Synthe

18 Avril, 2017, 20:00 | Auteur: Franck Riqueti
  • Un groupe de migrants dans le camp de Grande-Synthe dans le nord de la France le 21 mars 2017- PHILIPPE HUGUEN- AFP  Archives

Invité de la matinale de RTL ce jeudi 13 avril, le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl s'est exprimé sur ce sujet, assurant que "plusieurs centaines" de places seront bientôt trouvées dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO) en France. La destruction du camp de Grande-Synthe n'est toutefois pas un accident comme les autres. "Il y en a une grande part qui court encore dans la nature".

Mercredi, une soixantaine de Kurdes, baluchons par-dessus l'épaule, ont quitté le gymnase destiné aux familles. Il a passé la nuit sur un parking. "Je suis venu ici pour avoir une vie meilleure, pas pour me battre". Ce chiffre, ajoute-t-elle, "correspond au nombre de migrants pris en charge durant la nuit de lundi à mardi dans les différents gymnases ouverts à Grande-Synthe, Dunkerque et (la commune voisine de) Craywick".

Au total, ce sont ainsi "1.100 personnes qui sont entrées dans l'action des services engagés par l'Etat et la ville de Grande-Synthe pour faire face aux conséquences de l'incendie qui a détruit le camp", selon la préfecture. L'objectif est que le séjour en gymnase soit "le plus court" possible, selon Emmanuelle Cosse.

Cela "explique que nous avons très peu de présence migratoire sur les ports, les Belges ont le même constat, il n'y a aucune pression migratoire chez eux", s'est félicité M. Lalande. "On a aussi nos réseaux qui fonctionnent, nos amis, qui sont à proximité sur le terrain, a indiqué à BFMTV Christian Hogard, secrétaire départemental du Secours populaire. Et puis il y a le bouche-à-oreille, qui est le meilleur vecteur d'information".

Au moins 15 morts dans un attentat visant les chrétiens — Egypte
Les Coptes orthodoxes d'Egypte sont la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient et l'une des plus anciennes. Selon lui, il n'y a pas encore d'informations sur la nature de l'attentat .

A 40 km à l'est de Calais, se dessinait en plus réduite, dans l'improvisation imposée par les circonstances, une opération analogue à celle conduite fin octobre pour acheminer dans des CAO environ 6.000 migrants de la "Jungle" de Calais au moment de son démantèlement.

Au moins deux autres sont prévus dans la journée, les autorités pouvant s'appuyer sur les plus de 600 places disponibles au niveau national en CAO.

Les belles promesses du camp de la Linière sont parties en fumée.

Selon le préfet et les récits de migrants, les multiples feux allumés dans le camp lundi, qui ont ensuite embrasé les chalets de bois, ont pour origine de violentes bagarres entre Kurdes d'Irak et Afghans, malgré d'importants renforts de police. Le camp a été dévasté par les flammes et six personnes ont été blessées à l'arme blanche.

Recommande: