"Toutes les options sont sur la table" (Pence) — Corée du Nord

18 Avril, 2017, 04:01 | Auteur: Armand Coulomb

Les armes transportées par les camions gigantesques transitant à travers le centre de Pyongyang indiquaient que le programme de missiles nord-coréens se focalisait prioritairement, pour le moment, sur le développement d'armes à carburant solide, qui puissent être lancées sans préparation préalable ni donc de détection par les satellites-espions.

Le tir a précédé l'arrivée du vice-président américain, Mike Pence, à Séoul, d'où il a réitéré la détermination des Etats-Unis à défendre l'alliance avec la Corée du Sud.

Cet essai est intervenu au lendemain du défilé militaire géant organisé par le régime de Pyongyang pour le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung.

"Il existe un réel consensus entre le président, nos alliés-clés de la région - le Japon et la Corée du Sud en particulier, mais aussi les dirigeants chinois - pour dire que ce problème arrive à un point critique", a déclaré de son côté le conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump, le général H.R. McMaster. Elle a dit qu'elle avait développé un missile susceptible d'atteindre le territoire américain.

Selon lui, Washington avait anticipé le tir.

Dans une déclaration diffusée vendredi par KCNA, l'agence de presse officielle de la Corée du Nord, l'armée nord-coréenne a, pour sa part, assuré que les bases américaines en Corée du Sud, "tout comme les quartiers généraux du Mal" comme la présidence sud-coréenne, seront "pulvérisés en quelques minutes" en cas de guerre.

Lopes et Gorgelin portent plainte, pas Mateta — Incidents Bastia-OL
Le club, dernier du championnat, pourrait aussi se voir retirer des points, mettant en grand danger son maintien en Ligue 1. Une chose est sûre: ces nouveaux événements vont coûter cher au club de Bastia .

Ce tir de missile raté par le régime nord-coréen de Kim Jong-Un, depuis le site de Sinpo, avait d'abord été révélé dimanche par la Corée du Sud, avant d'être confirmé par le commandement des forces américaines dans le Pacifique: "Le missile a presque immédiatement explosé", avait indiqué Dave Benham, porte-parole du commandement américain.

"Il est temps pour nous d'entreprendre toutes les actions possibles, sauf l'option militaire, pour essayer de résoudre ceci pacifiquement", a-t-il dit à l'émission "This Week" de ABC.

"Cette provocation du Nord est le dernier rappel en date des risques auxquels vous faites face quotidiennement dans la défense de la liberté du peuple de Corée du Sud et de l'Amérique dans cette partie du monde", a affirmé dimanche le vice-président Mike Pence à des militaires américains et à leurs familles. Fin mars-début avril, la Corée du Nord avait déjà tiré trois missiles balistiques vers la mer du Japon.

Le numéro 2 du régime nord-coréen, Choe Ryong-Hae, a promis samedi que son pays était "prêt à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon".

Ce tir de missile raté est un revers pour la Corée du Nord, au moment où les tensions sur la péninsule sont attisées par des déclarations belliqueuses de Pyongyang et Washington.

Pyongyang a considérablement accéléré ses programmes balistiques et nucléaires, pourtant interdits par la communauté internationale.

Recommande: