Le deuxième tour de l'élection présidentielle se prépare

27 Avril, 2017, 20:45 | Auteur: Armand Coulomb

Puis, ce lundi, quand sa rivale était sur le terrain et sur France 2, Macron était aux abonnés absents, prenant officiellement une journée de recul pour établir sa stratégie pour les deux semaines de campagne du second tour.

La candidate du FN tiendra dans la soirée son premier grand meeting de l'entre-deux-tours à Nice, "coup de chapeau" à une région dans laquelle "traditionnellement, il y a un lien de confiance fort" avec les électeurs, a-t-elle salué dans un entretien au quotidien Nice-Matin.

François Asselineau exclut de voter pour Marine Le Pen mais estime qu'Emmanuel Macron est une "marionnette de l'oligarchie financière" et une "horreur".

LIRE AUSSI: Le Pen ou Macron, qui a gagné le match de Whirlpool? "Pourquoi tout le Nord il vote Front national?", s'est agacée une autre. Même le patron du Ps qui le soutient au second tour n'est pas sans reproche envers le candidat d' "En Marche!".

France/Présidentielle: Macron en campagne dans des fiefs de Marine Le pen
Au même moment, son adversaire Emmanuel Macron rencontrait les représentants syndicaux à la chambre de commerce. Les images étaient très difficiles pour Emmanuel Macron , qui discutait dans un bureau avec l'intersyndicale.

"Je crois qu'il a pensé qu'il était déjà élu".

S'il a recueilli des ralliements de tous bords pour "faire barrage" à l'extrême droite, le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon (19,58% des suffrages au premier tour) a fait savoir qu'il ne révèlerait pas la nature de son vote, quel que soit le résultat de la consultation engagée auprès de ses militants. Dimanche soir, après l'annonce des résultats, sa prise de parole avait tout d'un discours de vainqueur.

Mais pas plus de 47%, hein: il ne s'agirait pas d'installer finalement au pouvoir un parti qui, malgré toute la dédiabolisation du monde, est encore capable -on ne va prendre que le dernier exemple en date- d'installer à sa présidence par intérim Jean-François Jalkh, un partisan de la préférence nationale mis en examen dans des affaires de financement illégal de campagne et qui jugeait, en 2000, "impossible d'utiliser du Zyklon B dans des exterminations de masse". Un report qui parait cependant incertain et, du reste, très divisé entre son adversaire et elle. "Mme Le Pen est l'héritière de ce système, elle est née dans un château et elle donne des leçons, elle se prétend du peuple", a-t-il tonné. Une tentation abstentionniste qui pourrait augmenter si Macron ratait sa campagne.

M. Macron "a indiqué qu'il mettra en place une politique que je considère comme étant une politique de casse sociale par ordonnances, sans même qu'il y ait un débat devant les assemblées", a rétorqué Marine Le Pen, accusant Pierre Laurent de donner "un blanc-seing à M. Macron pour mettre en place une politique de ravage social". Ce débat est toujours un rendez-vous capital. La victoire de l'ancien ministre de l'Economie ne fait aucun doute pour Eric Ciotti mais il présage que "demain, il ne fera rien d'autre que prolonger l'oeuvre catastrophique du président qu'il a servi: faillite de l'autorité, faillite économique et faillite morale".

Recommande: