Le résumé de 3 jours sur le rebondissement de l'enquête — Affaire Grégory

17 Juin, 2017, 21:14 | Auteur: Franck Riqueti

Selon des informations de divers médias et de l'AFP, deux membres de la famille Villemin Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grande-tante du petit Grégory, vont être déférés au parquet général de Dijon à l'issue de leur garde à vue.

Le mari, qui nie les faits, et la femme, qui garde le silence ont été placés en détention provisoire dans l'attente d'une délibération, la semaine prochaine, de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon.

Le grand-oncle de l'enfant et son épouse, le couple Jacob, ont été mis en examen et provisoirement incarcérés. Selon les nouveaux éléments de l'enquête, le couple Jacob s'adonnait à l'échangisme, une pratique qui, une fois ébruitée, a encore alourdi le climat délétère au sein de la famille Villemin.

Face à une nuée de journalistes, le procureur est alors revenu sur les trois lettres du corbeau datant de 1983, sur la lettre reçue le jour du crime et sur les appels téléphoniques anonymes. Des courriers allant jusqu'à la menace de mort, dont l'un était manuscrit. Hier, rappelons que pour l'une des lettres, Jacqueline Jacob avait été confondue par une nouvelle expertise graphologique. Et donc tout cela forme " un lien indissociable " menant à " l'enlèvement de l'enfant. Mais aucune expertise en écriture n'attribue cette missive capitale à Jacqueline Jacob.

Pourquoi on en parle toujours?

. Ce courrier manuscrit anonyme, déposé dans les volets de Jean-Marie Villemin en 1983, soit un an avant le drame, comporte plusieurs indices déterminants, dont l'emploi du terme "chef". La nouvelle enquête laisse a penser qu'il est l'auteur de l'enlèvement de Grégory. C'est ce qu'a déclaré jeudi le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc.

AS Roma : Francesco Totti va finalement rejoindre le staff
Après son dernier match avec la Roma le 28 mai dernier, l'avenir de la légende Francesco Totti était le sujet préféré des habitants de la capitale italienne.

"Il y a un débat (sur ce qu'ils faisaient le jour de la disparition), ils ne présentent pas en l'état d'alibi qui soit confirmé ou étayé", a assuré Jean-Jacques Bosc en conférence de presse. M. Bosc a dit que les analyses sont "confondantes" pour Mme Jacob. Un fils "chéri" avait accédé au poste de contremaître, acquis son petit pavillon. En 1982, il apostrophe son neveu alors tout juste promu contremaître: "Je ne serre pas la main à un chef".

Bernard Laroche, le cousin de Jean-Marie Villemin est arrêté le 5 novembre 1984.

Le procureur général estime que les dernières perquisitions ont été "utiles mais pas déterminantes". Ce même Bernard qui portait une moustache, tout comme Marcel Jacob, si bien que l'un comme l'autre pourraient être le fameux "homme à la moustache" observé en train de faire des repérages près de la Vologne avec un jeune femme, la veille du crime. Certains, comme le maire, Philippe Petitgenet (sans étiquette) doutent. "Ces mises en examen sur des bouts de papier, ça m'agace", dit-il. "Cela a sidéré mon client mais il reste prudent". Il a été interpellé mercredi matin alors que mardi soir il fêtait ses 72 ans. Il vient seulement de réaliser qu'il n'était pas dans un cauchemar. "[.] On a mis la charrue avant les boeufs". Les deux mis en cause nient les faits. Ils ont nié à tous les faits qui leur sont reprochés. Une mise en examen qui, si il ne désigne pas explicitement Jacqueline et Marcel Jacob comme les auteurs du meurtre, s'en rapproche néanmoins.

"Les déclarations [en audition] permettent à la vérité d'avancer mais permettent aussi de se défendre". Ce n'est pas parce qu'une personne évoque son droit au silence que les investigations ne vont pas suivre. [.] L'enfant a quand même été retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne.

Recommande: