Bayrou: "nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs" au MoDem

22 Juin, 2017, 02:34 | Auteur: Franck Riqueti

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait annoncé un "remaniement technique" lundi, après l'annonce des résultats des élections législatives.

"Nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs au MoDem". J'ai pour le prouver une absolue confiance dans la justice.

"Je n'ai aucun doute, même si mon nom n'a jamais été cité que j'étais la véritable cible pour décrédibiliser le ministre qui portait cette loi", a déclaré François Bayrou qui a estimé que, pour un "certain nombre de formations politiques, une telle loi était un obstacle", dans une allusion au Front national.

Enfin, François Bayrou a affirmé que " ce serait logique " qu'il y ait des ministres MoDem dans la future équipe. Dans une vie publique d'une violence perpétuellement croissante, cela revient à boxer les deux mains dans le dos. Celui a qui on a reproché de beaucoup parler depuis le déclenchement de l'affaire, a redit qu'il n'acceptait pas d'être "condamné au silence".

"Comme il l'avait déjà déclaré la semaine dernière, François Bayrou a donc " choisi la liberté de jugement et la liberté de parole ". "Nous ne pouvons pas vivre dans une société de perpétuelle et universelle dénonciation, a assuré François Bayrou". La France a été, à d'autres époques, le pays des lettres anonymes. L'acte le plus anodin et le plus normal apparaît suspect.

Jouez-la comme Emmanuel Macron et Edouard Philippe, composez votre nouveau gouvernement
Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantico, 57% des Français ne souhaitaient pas qu'il reste au gouvernement. C'est une majorité à deux piliers et ce n'est pas par hasard, a déclaré François Bayrou .

Jeudi matin, le nouveau gouvernement se retrouvera pour son premier Conseil des ministres avec, à l'ordre du jour, la loi antiterroriste, censée prendre le relais de l'état d'urgence après sa sixième prolongation.

Cet élu de 38 ans, pour qui "ni La République en marche ni le président de la République ne sont entachés", juge ces "démissions à la chaîne", après celles de Sylvie Goulard et de Richard Ferrand, "cohérent (es) avec l'exigence qu'Emmanuel Macron a fixée depuis le début". "Il a besoin d'une majorité large et où le pluralisme ne soit pas un vain mot (.) Je serai à côté du président de la République pour l'aider et pour le soutenir, fidèle à une entente politique et personnelle à laquelle j'attache du prix", a-t-il assuré. "Il faut une majorité à deux piliers" qui tiennent compte des "courants nouveaux comme de ceux qui viennent de loin", a expliqué le maire de Pau, qui a ainsi conclu: "Nous serons porteurs de stabilité. Je vais retrouver mes fonctions de maire de Pau, une ville magique, avec des concitoyens affectueux".

"J'imagine que c'est "par hasard" qu'une campagne s'est développée, cherchant à accuser le Mouvement démocrate d'avoir mis en place un système d'emplois fictifs".

"Avec emphase, il estime qu'Emmanuel Macron est " magnifiquement " à " la hauteur de sa fonction ".

Recommande: