Emmanuel Macron devant le Congrès : Olivier Faure dénonce " une humiliation "

26 Juin, 2017, 18:35 | Auteur: Franck Riqueti
  • Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner

Une intervention d'Emmanuel Macron devant le parlement réuni en Congrès avant la déclaration de politique générale d'Edouard Philippe serait "une humiliation" pour le Premier ministre, a jugé lundi le président du groupe PS à l'Assemblée Olivier Faure.

Un calendrier que le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, invité dimanche 25 juin du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, a refusé de confirmer: " La date, je ne la connais pas. La tenue d'un Congrès à Versailles se justifie pour des réformes constitutionnelles mais ne doit pas être un Congrès de communication du président de la République. "Il est important qu'il puisse donner au Parlement le cap", a expliqué le secrétaire d'Etat en charge des Relations avec le Parlement. Avant de souligner: " Du coup, le discours de politique générale du premier ministre n'aurait plus aucun intérêt. "Et qu'au démarrage de cette législature, on ait un discours du chef de l'Etat devant le Congrès me paraît très bien", a affirmé Thierry Solère sur France 2. "Il est surtout le chef du gouvernement", a répondu le député des Hauts-de-Seine, proche du Premier ministre.

"Girlboss" annulé après une seule saison
Le show suit ses débuts lorsqu'elle vendait des vêtements sur eBay jusqu'à la création de son site internet. Sofia Amoruso, la business woman dont qui a inspiré la série a confirmé la nouvelle sur Instagram.

Dans les rangs de la droite, l'initiative est perçue comme une monarchisation du régime et le symbole de la prééminence du président de la République sur le chef du gouvernement. " C'est une pratique des institutions surprenantes et jamais vue: il y a un côté Roi-Soleil dans tout cela, où le président de la République coupe l'herbe sous le pied de son premier ministre", s'insurge le patron des députés Les Républicains (LR), Christian Jacob. Le président usurpe-t-il la place de son Premier ministre en s'exprimant un jour avant lui?

Le candidat Emmanuel Macron avait dit son souhait de réunir le Congrès une fois par an pour expliquer ses intentions et dresser un bilan régulier de son action nationale et européenne. En 2015, François Hollande avait convoqué le Parlement à la suite des attentats de novembre 2015 et avant lui, Nicolas Sarkozy en 2009, pour évoquer la situation économique du pays.