Nouveau témoignage accablant contre Bayrou — Affaire du MoDem

26 Juin, 2017, 01:54 | Auteur: Franck Riqueti
  • Crise gouvernementale ou choix personnel: les réactions après la démission de Bayrou

Après Sylvie Goulard, ministre des Armées, qui a démissionné mardi soir, ce sont François Bayrou et Marielle de Sarnez qui ont donné leur démission mercredi matin. Car, même si on accepte le récit de François Bayrou, force est de constater qu'il a subi une pression supplémentaire depuis la démission de la ministre des Armées, Sylvie Goulard, elle aussi membre du MoDem. "J'ai pris la décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement", a déclaré le président du MoDem, parti centriste qui fait l'objet d'une enquête sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens.

Sans surprise, les ministre de l'Intérieur (Gérard Collomb), de l'Europe et des Affaires étrangères (Jean-Yves Le Drian) et de l'Economie et des Finances (Bruno Le Maire), considérés comme des poids lourds du gouvernement, ont été maintenus. Homme politique au caractère bien trempé, Francois Bayrou ne s'est pas retenu de répondre aux injonctions de son Premier ministre. Richard Ferrand est visé par une enquête préliminaire pour des soupçons de favoritisme ayant bénéficié à sa femme dans une opération immobilière. Cet ancien assistant parlementaire d'un élu MoDem au Parlement européen entre 2004 et 2009, atteste d'un système d'emplois fictifs au sein du parti centriste.

L'affaire est d'autant plus embarrassante que M. Bayrou a piloté un projet de loi qu'il a présenté la semaine dernière sur la moralisation de la vie publique, un des chantiers prioritaires du chef de l'Etat après une campagne présidentielle entachée par les affaires.

Rendez-vous en terre inconnue : Kev Adams est le prochain à partir
Peu importe, la vidéo a depuis été vue plusieurs milliers de fois et l'information a fait le tour du Web. Or c'est en général le privilège de la chaîne que d'annoncer le prochain participant et sa destination.

"Il s'agissait bien d'emplois à temps partiel fictifs". Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantico, 57% des Français ne souhaitaient pas qu'il reste au gouvernement. D'après lui, il pourrait s'agir de Marielle de Sarnez.

Dans la foulée, Christophe Castaner a évoqué "un choix personnel" qui "simplifie la situation". Ce jour-là, dans le même amphithéâtre archibondé, sous les flashs et devant une nuée de caméras, le président du MoDem, trois fois candidat à la présidence de la République, annonçait sa décision de ne pas concourir une quatrième fois et de s'allier avec Emmanuel Macron.

Expliquant que l'affaire des attachés parlementaires européens du MoDem avait été montée de toutes pièces et que tout avait été "légal, normal et moral" dans la gestion faite par son parti, il a estimé qu'on le visait directement ainsi qu'Emmanuel Macron. "Ce sont deux engagements passionnants", a confié mardi Mme de Sarnez au Parisien.

Recommande: