L'interdiction bientôt assouplie — Pesticides tueurs d'abeilles

27 Juin, 2017, 17:39 | Auteur: Franck Riqueti
  • Pesticides : le gouvernement pourrait assouplir la réglementation

Au cœur des jardins partagés du quartier de la Confluence, Nicolas Hulot a précisé avoir la chance de s'entendre "excessivement bien" avec la ministre de la Santé et de la Recherche et qu'ils allaient "bâtir ensemble une stratégie de santé et d'environnement".

Chargé de la Transition écologique et solidaire au sein du gouvernement, l'ancien animateur TV visitait le quartier de la Confluence et s'offrait une virée en Navly, la navette électrique sans chauffeur. Stéphane Travert a exprimé sa volonté de "travailler sur ce sujet avec (son) collègue de l'Environnement", souhaitant "bâtir un compromis". D'après le secrétaire d'Etat, l'interdiction de ce type de pesticides pose aussi "un problème économique" aux agriculteurs.

Pour faire taire la polémique naissante, Édouard Philippe, Premier ministre, a, dans la foulée, confirmé l'interdiction des pesticides de type néonicotinoïde en France dès 2018. En cause: une réglementation française plus poussée qu'au niveau européen.

600 autres immeubles en danger en Angleterre — Incendie de Londres
Neuf blessés reçoivent toujours des soins à l'hôpital, trois sont dans un état critique. La police a indiqué que le nombre des victimes de l'incendie pourrait encore s'alourdir.

Le gouvernement pourrait donc revenir sur l'interdiction stricte de l'épandage aérien, la pulvérisation par les airs de pesticides, mais également sur la question des néonicotinoïdes, surnommés les pesticides tueurs d'abeilles. Quant aux néonicotinoïdes, dont l'utilisation a été interdite par un vote du Parlement l'été dernier, ils pourraient être à nouveau autorisés, dans certaines conditions, car certains pesticides " n'ont pas de produit de substitution ", a expliqué lundi 26 juin Stéphane Travert au micro de RMC.

Nicolas Hulot a assuré que les arbitrages avait été faits en matière de maintien de l'interdiction des néonicotinoïdes et de l'épandage aérien de pesticides. Ce que Stéphane Travert et Nicolas Hulot semblaient tous deux ignorer. Dire que la loi française sur les néonicotinoïdes est contraire au droit communautaire est un mensonge. Déclaration surprenante lorsque l'on sait que le gouvernement a annoncé, pas plus tard que la semaine dernière, que le temps du "c'est la faute à l'Europe " était révolu. "Si la France a parfois une avance sur la législation environnementale européenne, c'est une très bonne chose", a renchéri François Veillerette, directeur de l'association de défense de l'Environnement Générations Futures, dénonçant " des cadeaux incroyables à l'industrie des produits chimiques ", dans un communiqué. Elle contribue ainsi à faire évoluer la législation européenne dans ces domaines où elle est précurseur. "Même lorsqu'ils ne tuent pas directement les insectes pollinisateurs, ils contribuent à leur affaiblissement", souligne Nadine Lauverjat de l'ONG générations futures.

Recommande: