Décès de la mathématicienne Maryam Mirzakhani, la première médaillée Fields

16 Juillet, 2017, 12:05 | Auteur: Emma Bardin
  • Maryam Mirzakhani première femme à recevoir la médaille Fields est décédée

La mathématicienne iranienne Maryam Mirzakhani est décédée à 40 ans d'un cancer aux États-Unis, a annoncé un proche ce samedi.

Maryam Mirzakhani, mathématicienne iranienne et première femme lauréate de la médaille Fields, la plus prestigieuse récompense dans cette discipline, est décédée samedi d'un cancer du sein, à l'âge de 40 ans.

En 2014, elle est devenue la première femme à recevoir la prestigieuse médaille Fields, considérée comme le prix Nobel des mathématiques. 52 mathématiciens ont été honorés entre 1936 et 2010.

Maryam Mirzakhani est née en 1977 à Téhéran. "Cela me brise le coeur. partie bien trop tôt", a écrit Firouz Michael Naderi, scientifique américano-iranien et ancien de la Nasa, sur Twitter et Instagram.

Je serai contente si cela encourage de jeunes scientifiques et mathématiciens femmes.

Enfant, Maryam Mirzakhani rêvait d'être écrivain mais la fièvre des chiffres et des équations la prend au collège, pour ne plus la quitter.

Voile. Coville pulvérise le record de la traversée de l'Atlantique !
Francis Joyon aura donc savouré son nouveau record du monde de la traversée de l'Atlantique en solitaire pendant. quatre jours. Il est monté en pression après le départ inattendu pour une tentative jeudi 6 juillet de Francis Joyon (Idec Sport).

A-t-il poursuivi dans un autre message accompagné d'une photo en noir et blanc de Maryam Mirzakhani. "C'est amusant, c'est comme faire un puzzle ou résoudre une énigme policière", assure avec simplicité celle qui se fait déjà remarquer lorsque, adolescente, elle remporte les olympiades internationales des mathématiques deux années de suite, en 1994 et 1995, avec un score parfait à l'issue de la seconde édition.

Spécialisée en géométrie des formes inhabituelles, la professeure à l'Université de Stanford, aux États-Unis, s'était illustrée par sa découverte de nouvelles façons de calculer les volumes d'objets avec des surfaces hyperboliques, comme une selle de cheval par exemple. "La plupart des mathématiciens ne produiront jamais quelque chose d'aussi bon (.) Et elle l'a fait dès sa thèse", avait salué à l'époque un professeur de mathématiques de l'université de Chicago, Benson Farb, cité par le Stanford News.

Après un master en Iran à l'Université Sharif, elle quittera son pays pour affirmer son génie aux Etats-Unis.

Dotée d'une parfaite connaissance d'un éventail très divers de techniques mathématiques et de cultures mathématiques disparates. "Je suis convaincue que de nombreuses autres femmes recevront ce type de récompense dans les prochaines années", avait répondu la mathématicienne.

"Tout le monde espérait que la génie de la mathématique (.) échapperait une nouvelle fois à la mort comme elle l'avait fait il y a vingt ans", ajoute le quotidien.

Recommande: