Macron promet une augmentation du budget des Armées dès 2018

17 Juillet, 2017, 14:06 | Auteur: Armand Coulomb
  • Armée: le malaise persiste avec le président

Le président de la République rappelle au JDD qu'il a reconduit le général de Villiers, 61 ans, dans ses fonctions le 1er juillet pour une dernière année: "Il a donc toute ma confiance" à condition de "savoir quelle est la chaîne hiérarchique et comment elle fonctionne, dans la République comme dans l'armée". Lors d'une audition devant la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, le Général avait protesté contre la coupe sèche de 850 millions d'euros de crédits de paiement décidée par le gouvernement, alors que 30.000 hommes sont en opération dans le monde 24 heures sur 24, un niveau d'engagements jamais atteint depuis des décennies. Une économie qui fait partie du plan de 4,5 milliards de baisse de la dépense programmée d'ici à la fin de l'année afin de contenir, comme la France en a fait la promesse à Bruxelles, le déficit en dessous des 3 % du PIB. "Le président de la République veut faire en sorte que le budget des armées soit en forte augmentation car c'est nécessaire pour la modernisation des armées". 2017 sera plutôt au niveau de 2016, au mieux. Un effort qui pourrait peser sur les équipements des militaires alors que de nombreux soldats sont déployés sur moult théâtres d'opérations extérieures (Sahel, Levant) comme intérieures, avec l'opération Sentinelle.

Le gouvernement, qui a officialisé une série de coupes budgétaires étalée sur plusieurs ministères, ne devait théoriquement pas toucher au budget de la Défense. Sauf que cette fois, Bercy, qui comme la Cour des comptes critique régulièrement cette pratique, a décidé que c'est la Défense qui prendrait à sa charge tout le surcoût des opérations. Le général de Villiers insiste sur la difficulté de se battre sans moyens, rappelant les trois nouveaux blessés récemment ramenés en France. Emmanuel Macron et Pierre de Villiers ont conclu d'une entrevue: le vendredi 21 juillet, à l'Élysée. Peut-être l'a-t-il déjà fait, ce qui expliquerait qu'il ait en quelque sorte décidé de défendre les intérêts de ses subalternes en s'exprimant, pas toujours avec finesse, devant la commission parlementaire, puis en se servant de Facebook pour invoquer les mânes du général Delestraint, mort à Auschwitz en 1945 après avoir dit un jour qu'il rejetait " toute mentalité de chien battu ou d'esclave ". Il n'empêche que la potion est amère pour ce dernier, qui vient de rempiler pour un an à la tête des armées alors qu'il a atteint la limite d'âge.

OM - Mercato : Bayern, offensive du Milan AC sur Renato Sanches
Hier, Karl-Heinz Rummenigge, le président du club allemand, a confirmé les négociations avec ses homologues italiens. Les arrivées de James Rodriguez et de Corentin Tolisso ne devraient pas lui simplifier la tâche non plus.

"Dès 2018 il y aura un effort qui sera fait sur ce budget". Une hausse qui n'a d'ailleurs rien d'une faveur: elle correspond en réalité au financement de mesures décidées sous le précédent quinquennat.

C'est une annonce qui a fait l'effet d'une bombe dans l'armée.

Recommande: