La HACA avertit MED Radio pour l'émission de Mamoun Dribi

25 Juillet, 2017, 12:01 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Al Hoceima SNRT et Médi1 TV reçoivent un avertissement du CSCA

Ces décisions concernent les chaînes Al Aoula et Tamazight de la SNRT, Médi1 TV et la radio casablancaise Med Radio. Selon la décision du gendarme de l'audiovisuel, les JT en question ont couvert le communiqué du procureur général de la Cour d'appel d'Al Hoceïma concernant l'arrestation d'un certain nombre de personnes, en associant cela à des images et des scènes reflétant des actes de violence et de vandalisme dans un contexte qui laisse penser qu'il s'agit du motif de l'arrestation mentionnée dans le communiqué. Les trois médias sont accusés d'avoir enfreint les dispositions légales en vigueur lors de leurs couvertures médiatiques des événements d'Al Hoceima. L'instance "ordonne la notification de la présente décision à la SNRT, ainsi que sa publication au Bulletin Officiel".

La HACA a également relevé que certaines de ces images concernaient les actes de violence ayant eu lieu à l'occasion de l'organisation d'un événement sportif pendant l'une des journées du championnat national de football professionnel au cours du mois de mars dernier, indique-t-on.

"Ce sont les journaux d'informations diffusés sur " Al Oula " et " Tamazight", le 27 et 28 mai 2017, qui sont concernés.

Pour rappel, quelques jours seulement après la diffusion d'images concernant les événements ayant suivi un match de football à Al Hoceima, la SNRT avait estimé, dans un communiqué, que sa chaîne Al Oula "n'a fait que relayer le communiqué du procureur général du roi près de la cour d'appel à Al Hoceima datant du samedi 27 mai".

" (...) l'invité de l'émission a tenu des propos à connotation péjorative..."

Rome va couper l'eau huit heures par jour — Sécheresse
On nous apprend au passage que jamais les niveaux des fleuves et des lacs de la région du Latium n'avaient été aussi bas. Le problème vient du lac de Bracciano , situé au nord-est de la capitale, et qui l'alimente en eau.

Ces mêmes remarques ont été observées à propos des journaux d'information diffusés par le service télévisuel édité par la Société "Médi-1 TV", le 27 et 28 mai 2017, précise un communiqué de la HACA.

Pour le CSCA, Medi1 TV a ainsi "enfreint les dispositions légales et réglementaires". La Haute Autorité a également décidé d'adresser un avertissement à la "Société audiovisuelle internationale" éditant le service radiophonique "MED Radio".

L'invité permanent de l'émission, Mamoun Moubarak Dribi, écrivain, chercheur en psychanalise, a tenu selon la HACA des " propos à connotation péjorative et dégradante pour la dignité humaine", dans l'émission " Maa Al Mohallil ".

La même source rappelle que la HACA a reçu en date du 23 juin 2017 une lettre de la Société audiovisuelle internationale exposant un ensemble d'explications eu égard aux observations relevées, suite à la lettre d'explication que le CSCA a adressée à la Société à ce sujet.

Recommande: