Donald Trump condamne les violences et "la haine" — Charlottesville

12 Août, 2017, 23:09 | Auteur: Armand Coulomb
  • Etats-Unis : des milliers de manifestants nationalistes dans la rue

Selon le premier bilan indiqué par le maire, il y a un mort et onze blessés. Une personne a été tuée et plusieurs autres grièvement blessées.

La manifestation a dégénéré au cours du parcours qui a été émaillée par des violences entre membres de l'extrême droite et contre-manifestants malgré le déploiement d'un important service de sécurité dont des éléments de la Garde nationale.

"Nous devons rester unis et condamner la haine". Malgré des centaines d'agents des forces de l'ordre déployés sur les lieux pour calmer la foule, les heurts ont tout de même été parsemés de jets de projectiles, de rixes et d'échanges de coups de bâton, le tout mélangé au gaz lacrymogène.

20h37: "On marchait dans la rue quand une voiture, une berline noire ou grise, nous a foncé dessus, elle a percuté tout le monde". Puis elle a reculé et nous a encore heurtés. La voiture responsable de la collision repart alors vivement en marche arrière, au milieu des manifestants paniqués. La situation aurait pu être encore plus grave car certains participants ont apporté des armes, comme le permet la loi de l'Etat de Virginie.

Ce samedi 12 août, l'extrême droite américaine avait décidé d'organiser un rassemblement baptisé "Unite the Right Rally" dans la petite ville de Charlottesville, en Virginie, pour protester contre le projet de la démolition de la statue d'un général sudiste favorable à l'esclavagisme.

Un rassemblement controversé de groupuscules de l'extrême droite américaine samedi en Virginie a viré au drame quand une voiture a foncé sur la foule de contre-manifestants antiracistes.

De nouvelles recommandations pour sécuriser vos mots de passe
Dans ce qui semble être un mea-culpa, Bill Burr explique notamment que ses recommandations n'étaient pas pertinentes à l'époque. Ceux là se mettent en danger sans même le savoir avec des codes qu'un enfant de 6 ans pourrait trouver sans chercher.

D'habitude relativement avare en commentaires publics, la Première dame des Etats-Unis, Melania Trump, l'avait précédé en condamnant le sectarisme.

Le gouverneur démocrate de la Virginie, Terry McAuliffe, a de son côté déclaré à la mi-journée un état d'urgence, une mesure permettant de mobiliser davantage de moyens policiers. D'autres arboraient des symboles nazis.

Craignant des débordements, le gouverneur de l'Etat avait appelé vendredi les habitants à éviter de se rendre à l'événement que ce soit "pour le soutenir ou pour s'y opposer".

Sur Twitter, Donald Trump a dénoncé la haine qui s'exprime à travers ce rassemblement et ces violences.

Le 8 juillet dernier, quelques dizaines de membres du Ku Klux Klan s'étaient déjà rassemblés dans la ville mais avaient été très largement surpassés en nombre par les manifestants antiracistes.

Recommande: