Uhuru Kenyatta est réélu avec 54,27% des voix — Kenya

12 Août, 2017, 13:09 | Auteur: Armand Coulomb
  • L'opposition kenyane proclame Odinga président

La commission électorale pourrait annoncer dans l'après-midi le nom du vainqueur de l'élection présidentielle de mardi. Cette dernière a indiqué vendredi à la mi-journée avoir reçu les résultats de 273 circonscriptions.

Les observateurs internationaux de l'élection ont déclaré qu'ils n'avaient vu aucun signe de fraude durant le scrutin. "Le futur du Kenya est plus important que n'importe quelle élection, et il revient avant tout aux dirigeants de l'exprimer clairement".

Mais le lendemain du scrutin, des confrontations entre partisans de l'opposition et policiers lourdement armés avaient éclaté dans la ville de Kisumu (ouest) et plusieurs bidonvilles de Nairobi, bastions de l'opposition où les déceptions électorales sont fréquentes et souvent sources de tensions.

Les résultats de l'IEBC affichés sur son écran montrent une avance de Kenyatta par 8,05 millions de voix, soit environ 54% des scrutins, contre 6,6 millions de voix (44%) pour M. Odinga.

"Nous exigeons que l'IEBC déclare M. Odinga président dûment élu". Mais "je ne contrôle personne. Les gens veulent la justice ".

Une éventuelle victoire de M. Kenyatta laisse craindre un vif sentiment d'amertume chez les partisans de M. Odinga, et de possibles troubles. Amnesty international, et M. Odinga jeudi, les ont appelés à ne pas faire un usage disproportionné de la force.

Une carte postale arrive 43 ans après son envoi — Lorient
Le timbre indique un tarif en francs (50 centimes, à l'époque) et le cachet de la Poste daté du 21 mai. Par curiosité ou déformation professionnelle, elle compte bien poursuivre ses recherches.

Les accusations de fraude ont exacerbé les passions déjà lestées d'un demi-siècle de rivalité dynastique entre les familles Kenyatta et Odinga.

Si la victoire d'Uhuru Kenyatta est sans surprise pour de nombreux observateurs, il n'en est pas moins pour la réaction de son adversaire, l'opposant Raila Odinga, qui n'en démord pas, accusant le camp du président d'avoir piraté le système informatique de la Commission électorale.

En outre, à 72 ans, M. Odinga livre certainement son ultime grande bataille politique. En 2013, il avait aussi contesté sa défaite et s'était tourné en vain vers la justice.

M. Odinga, membre de la communauté luo de l'ouest du pays, s'est une nouvelle fois présenté comme le garant d'une répartition plus équitable des richesses de l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est.

Dix-neuf millions de Kényans étaient appelés à voter mardi, pour renouveler leur président, députés et élus locaux. D'ailleurs, la coalition de l'opposition avait décidé, quelques heures avant la proclamation des résultats, de ne pas y participer, les qualifiant de "mascarade".

Recommande: