Washington paiera au prix fort de nouvelles sanctions, dit Pyongyang

11 Septembre, 2017, 22:28 | Auteur: Armand Coulomb
  • CORÉE DU NORD LE CONSEIL DE SÉCURITÉ VOTERA LUNDI SUR LE PROJET US

Les Etats-Unis ont diffusé hier soir à leurs 14 partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU un texte remanié sur un 8e train de sanctions sévères contre la Corée du Nord, selon des diplomates.

Parmi ses autres concessions, Washington a accepté de ne plus prévoir de gel des avoirs du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, en raison d'une opposition de la Russie et de la Chine.

"Le monde verra comment la RPDC dompte les gangsters américains, en prenant une série de mesures plus dures qu'ils ne l'ont jamais envisagé", a-t-il poursuivi.

La Chine, pays destinataire de 90% des exportations nord-coréennes, a souvent été accusée par le passé de ne pas respecter à la lettre les résolutions de l'ONU.

L'embargo sur le gaz naturel est maintenu, mais pour le pétrole les ventes seraient limitées à 500'000 barils pendant trois mois à partir du 1er octobre pour passer à deux millions de barils à partir du 1er janvier pour une période de douze mois, selon une copie du projet de résolution.

Vers deux nouveaux iPhone 8 et un modèle classé X — Apple
D'après celle-ci, le bouton d'accueil disparaîtrait au profit d'un écran OLED bord à bord, offrant une meilleure qualité d'image. En revanche, ce nouvel iPhone ne serait pas pourvu de connecteur USB-C contrairement à une information qui un temps a circulé.

"Récemment, de hauts dirigeants politiques français ont alarmé les gens en affirmant des faits absurdes concernant l'explosion réussie d'une bombe H pour missiles balistiques intercontinentaux de la Corée du Nord", a expliqué Ri Tok-Son, directeur adjoint du département européen du ministère des Affaires étrangères nord-coréen, ajoutant: "Ils se sont occupés à formuler des remarques comme "le missile de la Corée du Nord peut frapper l'Europe".

Fin du dispositif d'urgence mis en place le 3 septembre. Le vote de la Russie et de la Chine, principal allié du régime, reste pour le moment incertain.

Quant aux travailleurs nord-coréens détachés à l'étranger, l'idée n'est plus d'interdire tout embauche et tout paiement de ressortissants nord-coréens à l'étranger, mais de les soumettre à autorisation d'une commission du Conseil de sécurité. Il comprend aussi une interdiction pour les Etats membres des Nations unies d'importer le textile nord-coréen comme le voulait Washington. Ces expatriés rapporteraient entre 1,2 et 2,3 milliards de dollars par an de recettes à l'Etat nord-coréen.

Pyongyang a multiplié ces derniers mois les tirs de missiles balistiques et les essais nucléaires, au mépris des interdits de la communauté internationale.

Ce texte est censé être définitif jusqu'à une mise au vote voulue lundi après-midi par les Etats-Unis.

Recommande: