Melun. Le parquet favorable à une suspension de peine pour Patrick Henry

12 Septembre, 2017, 23:18 | Auteur: Armand Coulomb
  • Patrick Henry 64 ans demande une suspension de peine pour raison médicale

En 1977, la France découvre Patrick Henry.

Détenu modèle, il est libéré sous conditions en 2001 mais il est arrêté, un an après, en Espagne avec 10 kilos de cannabis. Détenu le plus célèbre de France - et l'un des plus anciens pensionnaires des centrales pénitentiaires de la République - Patrick Henry plaide aujourd'hui sa libération devant le tribunal de l'application des peines de Melun (Seine-et-Marne). Il est immédiatement réincarcéré.

Tesla débride à distance ses voitures pour aider les victimes d'Irma
Le groupe de Palo Alto (Californie) avait remédié aux défaillances par une mise à jour de ses logiciels. à distance. Voilà une nouvelle qui va faire du bien à l'image de Tesla, tout en montrant les possibilités de ses véhicules.

Depuis, le détenu a demandé à plusieurs reprises, sans succès, une libération conditionnelle. L'an dernier, les portes du pénitencier s'étaient pourtant entrouvertes, le TAP de Melun ayant accepté l'une de ses requêtes. La cour d'appel de Paris avait alors été dans le sens du ministère public en refusant la liberté au meurtrier du petit Philippe Bertrand estimant que son projet de réinsertion n'était pas abouti et qu'un travail sur lui restait à faire.

A la cour d'assises qui venait de lui sauver la tête, Patrick Henry avait répondu: "Vous n'aurez pas à le regretter". "On n'est plus dans un débat sur sa rédemption ou ses capacités de réinsertion mais dans une situation objective, face à un homme atteint d'une maladie très grave et dont le pronostic vital est engagé, souligne son avocat, Me Hugo Lévy". Une visiteuse de prison, rencontrée en 1992, lui mettrait un appartement à sa disposition, à proximité d'un hôpital où il pourrait suivre son traitement. Depuis, l'homme n'a cessé de demander une libération conditionnelle, allant jusqu'à la grève de la faim. En quelques semaines, l'état de santé de Patrick Henry s'est rapidement détérioré. Peut être demandé un aménagement de peine avec une sortie pour les personnes atteintes "d'une pathologie engageant le pronostic vital" ou pour celles dont "l'état de santé est durablement incompatible avec le maintien en détention". Maurice Papon avait été l'un des premiers à en bénéficier. Défendu par Robert Badinter, il échappe à la peine de mort, mais il est condamné à vie pour l'enlèvement et le meurtre du petit Philippe Bertrand, 7 ans. Si bien que le parquet de Melun, se reposant sur l'article 720-1-1 du code de procédure pénale, s'est déclaré favorable, le 6 septembre, à sa remise en liberté. En 2012, il y en avait eu 219.

Recommande: