Juncker veut une "autorité commune" de l'UE — Travailleurs détachés

13 Septembre, 2017, 16:34 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le président de la Commission européenne Jean Claude Juncker

Le Luxembourgeois a en outre annoncé un "cadre" européen sur le contrôle des investissements étrangers dans l'Union européenne afin de protéger les secteurs stratégiques, qui répond notamment aux inquiétudes sur les acquisitions chinoises.

Dans un communiqué commun, l'Allemagne, la France et l'Italie se sont félicités de la proposition de Jean-Claude Juncker qui constitue "une étape majeure pour assurer une concurrence loyale et équitable en Europe".

"La Commission a fait dans ce sens des propositions sur le détachement des travailleurs".

" J'adresse aujourd'hui un appel aux responsables en Turquie, libérez nos journalistes et pas seulement les nôtres, cessez d'insulter nos Etats membres, nos chefs d'Etat et de gouvernement en les traitant de fascistes et de nazis", a-t-il lancé devant le Parlement européen. Certains pays du sud, comme le Portugal, la Grèce et l'Espagne, ont besoin d'argent pour "sortir la tête de l'eau" et craignent qu'une telle mesure n'entrave les investissements étrangers chez eux.

La centrale de Belleville-sur-Loire sous surveillance renforcée — Nucléaire
L'Autorité de sécurité nucléaire ( ASN) annonce avoir mis sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher), mercredi 13 septembre.

L'appel de M. Juncker intervient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et l'UE, accentuées par les purges massives qui ont suivi le coup d'Etat manqué de l'été 2016. "L'Europe est ouverte au commerce, mais réciprocité il doit y avoir".

Les Européens ne sont cependant pas parvenus à s'entendre mardi sur un autre chantier décisif dans leurs relations commerciales avec la Chine: la refonte de leur législation antidumping, essentiellement destinée à contrer les exportations de matières premières à prix cassés de Pékin.

Pour son dernier discours sur l'état de l'Union (SOTEU), le président de la Commission se savait attendu: il y a un an, il enregistrait les multiples défaites de l'Union.

L'Union européenne devrait conclure des accords commerciaux avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, a estimé mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors de son discours sur l'état de l'Union européenne devant les députés réunis à Strasbourg.

Recommande: