Les encres des tatouages finissent dans les ganglions

13 Septembre, 2017, 14:11 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Tatouages: le dioxyde de titane présent dans les encres pourrait être nocif pour la santé

Selon une étude publiée mardi 12 septembre dans la revue Scientific Reports, les nanoparticules contenues dans les encres des tatouages se déplacent dans tout le corps, ce qui pourrait avoir un impact sur la santé.

Des chercheurs français et allemands ont mis en évidence la persistance du dioxyde de titane dans les ganglions lymphatiques de personnes tatouées.

D'après des chercheurs du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF), qui ont travaillé en collaboration avec ceux de l'Institut fédéral allemand pour l'évaluation des risques à Berlin, et l'Université Ludwig-Maximilians de Munich ainsi que du Physikalisch-Technische Bundesanstalt de Brunswick, les encres et pigments utilisés pour les tatouages se promènent dans le corps.

Thiago Silva : On a oublié Nadal, toujours plus fort
Mais, quelques instants plus tard, Neymar profitait d'un service parfait de Rabiot pour donner l'avantage au Paris SG (0-1, 19e). Menés par le trio Edinson Cavani , Neymar et Kylian Mbappé , les Parisiens joueront au Celtic Park en tant que favoris.

La plupart des tatoueurs professionnels ont bel et bien recours à des encres composées de pigments organiques mais "elles contiennent également des conservateurs et des contaminants comme le nickel, le chrome, le manganèse et le cobalt", dénoncent les chercheurs. La cicatrisation lente, le gonflement localisé de la peau, les démangeaisons parfois constatées après un tatouage, sont autant d'effets indésirables associés à des tatouages blancs, et donc à l'usage du dioxyde de titane. Mais, personnes ne se pose la question de savoir quelle est la composition chimique des couleurs utilisées pour les tatouages. Le dioxyde de titane est aussi utilisé dans les additifs alimentaires, les crèmes solaires et les peintures. "Notre étude montre qu'il le faudrait!" souligne Hiram Castillo, l'un des auteurs de l'étude, scientifique à l'ESRF.

Les dangers qui découlent potentiellement des tatouages n'ont été étudiés que par une analyse chimique des encres et de leurs produits de dégradation in vitro. Et en procédant à des examens aux rayons X ultra-puissants, ils ont été en mesure de détecter des nanoparticules de dioxyde de titane jusque dans les ganglions lymphatiques, conduisant à leur gonflement chronique. Des compositions élémentaires de vingt échantillons de peau et de vingt-cinq ganglions lymphatiques provenant de personnes tatouées ainsi que deux échantillons de ganglions lymphatiques issues de personnes non-tatouées, ont été analysées à l'aide d'une digestion par micro-ondes à l'acide nitrique.

Recommande: