L'Ademe met en garde contre les bougies parfumées et encens — Santé

15 Septembre, 2017, 14:43 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Encens et bougies parfumées: à respirer avec modération

Selon une étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), il faudrait se méfier des bougies, encens et autres parfums d'ambiance dans nos intérieurs. Elle confirme que les niveaux de concentration en polluants atteints, pendant et après la combustion des bâtons d'encens, "étaient en général très largement supérieurs à ceux des bougies parfumées". Mais il ne faut pas que ce soit au détriment de la santé car, en brûlant, les bougies tout comme l'encens d'ailleurs, dégagent des produits toxiques comme le benzème ou le formaldéhyde. "Les émissions de polluants volatils et particulaires de neuf bâtons d'encens, de neuf bougies parfumées et d'une lampe à catalyse issus du marché français, ont été caractérisées dans des conditions réalistes d'utilisation dans une pièce de la Maison Automatisée pour des Recherches Innovantes sur l'Air (Maria) du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ", explique la synthèse de l'étude.

En revanche, les bougies émettent des particules plus fines (diamètre inférieur à 100 nanomètres) et aussi "significativement plus" d'oxydes d'azote (NOx), pendant leur utilisation (concentrations moyennes maximales comprises entre 49 et 142 μg/m) que les bâtons d'encens (entre 8 et 35 μg/m).

Après avoir reçu des fumeurs ou quand on fait le ménage, nous pouvons avoir l'habitude d'allumer des bougies parfumées ou de vaporiser des parfums d'intérieur. On relève également des concentrations de HAP (Hydrocarbures Aliphatiques Polycycliques) et de particules élevées. Dans le scénario 1, un encens est utilisé deux fois par mois ou, une à deux bougies sont utilisées trois fois par mois.

Un homme armé d'un couteau attaque un militaire, pas de blessé — Paris
Six militaires en patrouille à Levallois-Perret, dans les Hatus-de-Seine, avaient alors été pris pour cible par un automobiliste. L'individu n'était pas connu des services de police, a ajouté une source policière.

L'Ademe prévient des usages intensifs de l'encens et des bougies parfumées, en raison des polluants émis lors de leur combustion dans une pièce fermée, et des risques cancérogènes possibles à long terme.

Le rapport de l'Ademe s'attaque également, avec plus de virulence, même, à l'encens. "Pour les encens, les émissions sont les plus élevées pendant la combustion et pendant l'heure suivant la fin de la combustion avant de diminuer sous l'effet de l'aération ", détaille l'étude. Pourquoi? Et bien parce que dans certains cas ces produits nous feraient inhaler jusqu'à cinq fois plus de benzène que sur le périphérique parisien.

Recommande: