6e réunion tripartite à Astana — Syrie

16 Septembre, 2017, 02:03 | Auteur: Armand Coulomb
  • La zone de désescalade d'Idlib sera contrôlée par la Russie l'Iran et la Turquie                AFP 2017 Omar Haj Kadour

Lavrentiev a souligné que le socle du processus d'Astana reposait sur le travail des trois pays garants -la Russie, l'Iran et la Turquie- chargés de superviser et de garantir le cessez-le-feu dans les zones de désescalade en Syrie. Elles sont mises en place pour une durée de six mois renouvelable. La ville d'Idleb est passée fin juillet sous le contrôle de jihadistes de l'ex-branche d'el-Qaëda en Syrie, après le retrait d'un groupe rebelle rival. "Des observateurs de ces trois pays seront déployés à des points de contrôle et d'observation dans des zones sûres qui forment les frontières de la zone de désescalade", a dit le ministère turc.

Le groupe de pays observateurs pour la Syrie pourrait accueillir de nouveaux membres, a annoncé ce vendredi le représentant spécial du Président russe pour le règlement en Syrie, Alexandre Lavrentiev. Les trois pays ont réfuté vouloir créer une partition de la Syrie. Des policiers militaires russes sont présents dans chacune d'elles. Les trois pays ont également commencé à discuter de la mise en place de comités de réconciliation nationale en Syrie et poursuivront leurs discussions sur le sujet lors de leur prochaine réunion à Astana en octobre.

Attaque au marteau à Chalon-sur-Saône
Le parquet demande à ne pas diffuser, sur les réseaux sociaux, de messages faisant état du positionnement des forces de l'ordre. Les gendarmes sont en soutien de la police et ont dépêché un hélicoptère sur place, selon nos informations.

Les pays actuellement garants de la trêve - la Russie, l'Iran et la Turquie - doivent encore définir les critères qui permettront à un pays d'obtenir le statut d'observateur dans le processus d'Astana. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters.

Recommande: