"Aung San Suu Kyi persécute les musulmans", dénonce Bernard Kouchner — Birmanie

16 Septembre, 2017, 07:51 | Auteur: Armand Coulomb
  • Rohingyas les islamistes du Bangladesh appellent à la guerre contre la Birmanie

Face aux nombreuses critiques, Aung San Suu Kyi a décidé d'annuler son déplacement à l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

Le cabinet du premier ministre a soutenu mercredi que M. Trudeau avait insisté auprès de Mme Suu Kyi pour que les leaders militaires et civils du pays prennent une position ferme afin de mettre un terme aux violences, qu'ils protègent les civils et qu'ils permettent aux agences des Nations unies et aux organismes humanitaires de venir en aide aux Rohingyas. "Personne ne veut un retour à un régime militaire en Birmanie, personne ne veut un retour des généraux". 370.000 exilés En un mois de temps, près de 370.000 Rohingyas ont fui Rakhine, dans l'ouest du pays, vers le Bangladesh. S'agit-il de nettoyage ethnique?

Pressée de s'exprimer par la communauté internationale, mais devant maintenir un précaire équilibre dans ses relations avec la très puissante armée birmane, Suu Kyi prononcera finalement le 19 septembre un discours télévisé sur la situation au Rakhine, ont annoncé ses services. Les réfugiés arrivent au Bangladesh épuisés et affamés, après des jours de marche sous la pluie et au péril de leur vie. Lors de son seul commentaire officiel sur cette crise, la cheffe du gouvernement birman avait dénoncé un " iceberg de désinformation " sur les Rohingyas et défendu l'action de l'armée. Autorités locales et organisations internationales peinent à prendre en charge cette marée humaine, d'une ampleur sans précédent pour ce conflit.

Dans une lettre ouverte au Conseil de sécurité, une dizaine de prix Nobel ont appelé mercredi les Nations unies à 'des actions audacieuses et décisives'.

Woman arrested near Prince George's London school
The suspect is accused of unlawfully breaking into the school on Tuesday and returning the following day. "It went well", he said. A police spokesman said officers attended "immediately after the issue came to light" and that security was now being reviewed.

"Nous vous demandons d'agir immédiatement pour faire cesser les attaques militaires aveugles sur des civils innocents", a indiqué le texte signé entre autres par le Bangladais Muhammad Yunus, la Pakistanaise Malala Yousafzai et le Sud-Africain Desmond Tutu.

Quant à l'Ong Human rights watch, elle s'est attendue à des "décisions substantielles" qui seraient prises par le Conseil de sécurité, notamment un embargo sur les armes en Birmanie.

Mais Aung San Suu Kyi ne risque-t-elle pas de perdre le pouvoir si elle s'oppose à l'armée?

Recommande: