Irma : à Saint-Martin, Emmanuel Macron réside "comme les habitants" de l'île

16 Septembre, 2017, 22:36 | Auteur: Armand Coulomb
  • A Marigot dans la partie française de Saint-Martin

Alors que le chef de l'État avait prévu de rentrer en France métropolitaine à l'issue de cette journée, il a choisi de se montrer solidaire avec la population sinistrée en prolongeant sa visite.

Interrogé par L'Express, l'Élysée précise qu'il n'a "pas pu affirmer que le Président avait dormi dans un lit de camp puisqu'il a dormi dans une caserne de gendarmerie". Prenant soin de laisser voir combien il donnait de sa personne, il aura échangé avec un nombre considérable de sinistrés, multipliant les promesses et les paroles de réconforts au cours de son séjour aux Antilles.

Vendredi, l'Elysée a démenti ces informations. En effet, Emmanuel Macron a patrouillé avec les gendarmes pendant une bonne partie de la nuit.

Dans l'anse Marcel le 16 septembre
Dans l'anse Marcel le 16 septembre. | Hélène Valenzuela AFP

"On m'a demandé où dormait le président, j'ai répondu qu'on lui avait fait une place à la gendarmerie" s'est défendu également l'une des collaboratrices du président, face aux accusations de mise en scène. En l'occurrence, il s'agissait d'un vrai lit, dans la maison qu'un gendarme avait libéré pour la circonstance. L'épouse de ce dernier aurait d'ailleurs été "très vexée" qu'on aille raconter que son hôte avait passé une nuit particulièrement inconfortable.

Présent à Saint-Martin, le journaliste de RTL assure qu'il a été question de "lit de camp" et maintient que l'entourage du chef de l'Etat a bien souligné, à l'attention des médias, "le caractère sommaire de l'hébergement présidentiel", poursuit le quotidien. Eprouvée par le cyclone le plus dévastateur depuis au moins 100 ans, l'île aura besoin d'au moins 1,2 milliard d'euros pour sa reconstruction, selon des avis de spécialistes. Le chef de l'État a également fait savoir que pour faire sa toilette, il s'était servi d'un seau d'eau.

Mise en garde contre des possibles tentatives de déraillements de trains — Terrorisme
Les volontaires sont par ailleurs invités à "gagner la confiance des mécréants en dissimulant leur radicalisation ". Mais ce n'est pas le seul type d'attaque terroriste que la France pourrait subir.

Recommande: