Loup Bureau, "soulagé d'être revenu en France"

17 Septembre, 2017, 16:26 | Auteur: Armand Coulomb
  • Ses 51 jours de prison en Turquie, le coup de fil d'Emmanuel Macron… A peine arrivé à Paris, Loup Bureau se confie

Loup Bureau était entouré de ses proches et de la ministre de la culture Françoise Nyssen venus l'accueillir.

"Je suis très fatigué, mais content d'être là".

La justice turque s'est opposée pendant plusieurs semaines à la libération de Loup Bureau, étudiant en journalisme arrêté le 26 juillet à la frontière entre l'Irak et la Turquie avec, en sa possession, des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens. "Je n'est pas été maltraité physiquement mais il y a eu des menaces, des intimidations". À son arrivée à l'aéroport, il a accepté de répondre à quelques questions concernant ses conditions de détention.

Retrouvez cet article sur Francetv infoPrintemps solidaire à Paris: la France doit respecter "sa promesse de consacrer 0,7% de sa richesse" à l'aide au développementAprès l'attentat de Londres, l'enquête avance vite LA PHOTO. "C'est à ce moment-là que ça a été le plus compliqué", a-t-il déclaré, assurant avoir ensuite été "généralement bien traité" en prison.

Le journaliste va se reposer, et suivre la conseil du Président de la République qu'il a eu au téléphone " reprendre une vie normale ". "En prison, les choses se sont normalisées". Sa libération, intervenue dans la foulée d'une visite du chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian à Ankara, est "un grand soulagement", s'était "réjoui" Emmanuel Macron.

Clinton's Book Tour Is Showing Why America Elected Trump — Sanders
She blames Russian President Vladimir Putin for supposedly colluding with Trump associates to sink her campaign. Clinton defended her use of the word deplorables earlier this week.

Loup Bureau demeure cependant sous la menace d'une éventuelle condamnation. Mercredi soir, le procureur a rendu un acte d'accusation qui l'accuse rien de moins que d'appartenir à une organisation terroriste et il sera vraisemblablement jugé en son absence.

"Néanmoins, même si ses conditions de détention ont été " satisfaisantes", l'isolement et le " poids psychologique de la gravité des accusations " portées contre lui l'ont beaucoup éprouvé, a souligné au micro de BFMTV Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF). "Pour lui malheureusement le combat n'est pas terminé", a-t-il ajouté.

Cette libération "est un événement bienvenu mais la situation en Turquie n'a pas changé", a aussi déclaré Pierre Haski, président de RSF.

Loup Bureau de retour sur le sol français. Les journalistes turcs sont de loin les plus touchés, mais leurs confrères étrangers ne sont pas épargnés. Il avait été expulsé après un mois de détention et une importante mobilisation.

Recommande: