Trump souhaite que l'Onu réduise ses frais de fonctionnement

18 Septembre, 2017, 22:07 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le lancement du missile nord-coréen a été transmis en direct à la tél

A la veille du discours très attendu qu'il doit prononcer ce mardi devant l'Assemblée générale, le Président est venu en personne ouvrir une session consacrée à "la réforme des Nations unies" sous la direction de l'ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu, Nikki Haley.

Au cours de la rencontre, M. Trump a quant à lui déclaré que les Nations Unies n'avaient pas réussi à réaliser leur plein potentiel en raison de leurs problèmes de bureaucratie et de mauvaise gestion.

Pour sa part, le président français Emmanuel Macron devrait profiter de cette Assemblée pour défendre l'environnement et le multilatéralisme, y compris auprès de son homologue américain. La France a renâclé jusqu'à dimanche pour finalement décider de signer le texte, n'ayant pas apprécié, selon plusieurs de ses partenaires, la manière dont a été conduite l'initiative américaine.

L'objectif précisé dans la déclaration finale, adoucie à l'endroit du patron de l'ONU, est de rendre "plus efficace et performante" une organisation souvent taxée de lourdeurs administratives coûteuses. Le milliardaire américain veut voir ses coûts fortement réduits.

Coupe Davis : Yannick Noah n'a pas "trouvé le bon ton"
Lucas Pouille s'est incliné ce vendredi lors du premier simple de demi-finale de Coupe Davis au stade Pierre-Mauroy de Lille. Dominé dans l'agressivité et totalement dépassé dans le jeu, le Français n'a cessé de courir après le score .

Selon certains diplomates, une réduction de moitié par exemple du budget du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), qui dépend à 40% de la contribution américaine, le rendrait inopérant. Et c'est ce que retiennent ses signataires. Elle sera une première pour des chefs d'État comme les présidents français et américain Emmanuel Macron et Donald Trump, mais également pour le secrétaire général de l'institution, le portugais Antonio Guterres, en tant que président de l'Assemblée.

"Chacun a son agenda, ses idées, les Américains, le secrétaire général, nous, mais nous adoptons des principes de base communs", estime-t-il, en se félicitant d'un nombre "impressionnant" de signataires. Dans l'entourage d'Antonio Guterres, le profil reste bas.

Le secrétaire général de l'organisation des Nations Unies, Antonio Guterres travaille déjà à un véritable lifting de l'organisation sur trois chantiers prioritaires: la paix et la sécurité dès 2018, le management du personnel et les questions de parité, ainsi qu'une coordination accrue des instances chargées du développement. Les crises dans le monde (Corée du Nord) comme de grandes thématiques (climat) seront au centre des échanges.

Recommande: