Donald Trump promet de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

21 Septembre, 2017, 21:06 | Auteur: Armand Coulomb
  • La réponse de Pyongyang est intervenue très rapidement après l'annonce de nouvelles sanctions par l'ONU

Le président américain s'est servi de son premier discours devant l'ONU, mardi, pour accuser le numéro un nord-coréen Kim Jong-un d'être un "homme-fusée" embarqué dans "une mission suicide, pour lui-même et pour son régime". Ce document permettra au département du Trésor (ministère américain des Finances) de sanctionner les banques étrangères qui ont affaire ou participent à des transactions avec la Corée du Nord.

Depuis la tribune de l'Assemblée générale, M. Moon devrait appeler à l'aide la communauté internationale face à son très reclus voisin du nord qui, malgré un régime de sanctions économiques de plus en plus dur, enchaîne essais nucléaires et balistiques de plus en plus inquiétants.

La chancelière allemande Angela Merkel a fait état mercredi dans un entretien à une radio allemande de son "désaccord clair" avec le président américain Donald Trump qui a menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord.

Les nouvelles sanctions pourraient toucher le textile, la pêche, les technologies de l'information et l'industrie manufacturère, a-t-il ajouté. La liste comptait alors déjà la Corée du Nord et l'Iran, que Donald Trump a critiqué dans son discours, assurant que l'accord iranien était "une honte " pour son pays. Alors que ses membres ont réussi en août et septembre à adopter à l'unanimité de nouvelles sanctions contre Pyongyang, ils affichent des divisions à l'heure de les faire appliquer pleinement.

Blade Runner 2049 - Des invitations et des goodies à gagner
La suite de Blade Runner (1982) est le quatrième long-métrage américain de Denis Villeneuve , après L'arrivée , Sicario et Prisonniers .

Selon le chef de l'Etat, son décret sur les sanctions est appelé à mettre fin au financement du programme militaire de Pyongyang.

Les États-Unis ont refusé toute concession pour obtenir l'ouverture de telles négociations, alors que Moscou et Pékin ont proposé un double moratoire, sur les expérimentations nord-coréennes et les exercices militaires américano-sud-coréens. Interrogé sur l'expression de "rocket man ", surnom que Donald Trump a donné à Kim Jong-un, il a répondu avoir pitié des conseillers de la présidence américaine.

"S'ils essaient de nous faire peur avec des aboiements, ils sont clairement en plein rêve".

Recommande: