La Cour suprême blâme la Commission électorale — Kenya

21 Septembre, 2017, 13:02 | Auteur: Armand Coulomb
  • Kenya: la tension monte avant la lecture du verdict complet de la Cour suprême

La nouvelle élection est prévue pour le 17 octobre. Pour la première fois dans l'histoire de l'Afrique subsaharienne, une haute cour de justice a annulé un scrutin présidentiel.

Le président de la Cour suprême kényane, David Maraga, a dénoncé ce mardi 19 septembre 2017, des " menaces formulées par des responsables politiques et leurs partisans à l'encontre de son institution " selon Jeune Afrique.

La sécurité a été renforcée aux alentours de la Cour suprême, au moment où les juges doivent donner leurs explications détaillées sur l'annulation de la présidentielle.

Trafic SNCF perturbé ce jeudi en Région Centre-Val de Loire
En effet, seulement un tiers des trains circulera sur ces lignes. Sur les grandes lignes, 80% des Intercités doivent circuler.

Cette décision de la Cour suprême kényane, qualifiée d'historique pendant qu'elle faisait l'affaire de l'opposant Raila Odinga, à l'origine de la saisine de la l'instance judiciaire, a été vigoureusement contestée par le président sortant, Uhuru Kenyatta.

La semaine dernière, le député de la ville de Nyeri a déposé une requête demandant le départ de David Maraga, soulevant la colère du reste du parti, qui lui a demandé de retirer sa plainte. Les juges sont également accusés de collusion avec les avocats de l'opposition. Il en fut autant à Nakuru dans le centre du pays où des routes avaient été coupées par des manifestants. Mots d'ordre: " Vous avez volé notre victoire, recomptez les votes.

"Avec des manifestations en cours, la police devrait prendre des mesures immédiates pour prévenir la violence et répondre de manière urgente à la demande du président de la Cour suprême de protéger les membres de la magistrature", a ajouté M. Namwaya.

Recommande: