Pyongyang se moque des menaces de Trump

21 Septembre, 2017, 11:30 | Auteur: Armand Coulomb
  • Le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord Ri Yong Ho a comparé jeudi l'allocution de Donald Trump à la tribune des Nations unies mardi au bruit d'un chien qui aboie

À son arrivée à New York pour les réunions de l'ONU, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho a été assailli de questions par les journalistes, auxquels il a répondu par une maxime.

Ri est arrivé à New York plus tôt dans la journée pour assister à l'assemblée générale des Nations unies.

Il y a un proverbe qui dit: 'Le chien aboie, la caravane passe'.

Le chef de la diplomatie nord-coréenne a comparé les menaces belliqueuses du président américain Donald Trump envers la Corée du Nord aux "aboiements d'un chien". Il a poursuivi, qualifiant le régime de Corée du Nord de "dépravé ": "Personne sur Terre n'a intérêt à voir cette bande de criminels se munir d'armes et de missiles nucléaires ".

Ri est arrivé à l'aéroport international JFK à bord d'un avion en provenance de Pékin et a été accueilli et accompagné par l'ambassadeur nord-coréen à l'ONU, Ja Song-nam.

Lire aussi " Rocket Man ": le nouveau surnom de Kim Jong-un selon...

Porto Rico pilonné par Maria
Le Centre national américain des ouragans, à Miami, affirme avoir relevé ces données, mardi soir, à partir d'un avion spécialisé. Le territoire dispose depuis les années 1950 de son propre gouvernement, sous un statut d'Etat libre associé aux Etats-Unis.

La Corée du Nord a effectué son sixième essai nucléaire le 3 septembre et a récemment lancé une série de missiles balistiques dont deux ont survolé le nord du Japon.

"Nous apprécions grandement l'approche du président Trump afin de changer la position politique de la Corée du Nord, de dénucléariser le pays et d'appeler la communauté internationale, notamment la Chine et la Russie, à coopérer en vue de renforcer la pression sur la Corée du Nord", a déclaré le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une neuvième résolution contre Pyongyang, imposant pour la première fois un plafonnement des importations de pétrole du pays. Certains d'entre eux se sont montrés particulièrement inspirés.

Mme Merkel a déclaré que son ministre des Affaires étrangères et elle étaient prêts à agir de manière responsable à ce sujet.

La Corée du Nord reclus justifie ses programmes militaires par la nécessité de se protéger des États-Unis et le militarisme est au centre de l'idéologie du régime autocratique au pouvoir.

Recommande: