La Bélarusse Alexandra Chichikova sacrée Miss Monde en fauteuil roulant

11 Octobre, 2017, 09:07 | Auteur: Armand Coulomb
  • La Bélarusse Alexandra Chichikova sacrée Miss Monde en fauteuil roulant

Première et deuxième dauphines, la Sud-Africaine Lebohang Monyatsi et la Polonaise Adrianna Zawadzińska. L'étudiante en psychologie et pédagogie sociale s'est distinguée parmi les 24 jeunes femmes qui ont participé à cette élection.

Notons que la représentante française, Nadjet Meskine (championne d'Europe de foot fauteuil), n'a certes pas remporté le titre tant convoité mais a pu repartir de Varsovie avec le titre de Miss Sourire. Et ce malgré les préjugés et le fauteuil roulant. Selon Katarzyna Wojtaszek-Ginalska, co-fondatrice du projet et co-présidente du jury, l'association a organisé cette compétition dans le but de " changer l'image des femmes en fauteuil roulant, pour qu'elles ne soient pas définies à travers cet attribut, mais aussi d'insister sur le fait que, dans certaines parties du monde, le fauteuil roulant reste un luxe ". "C'est un manifeste commun des femmes handicapées, pour dire qu'on n'a jamais demandé à être handicapées et (.) qu'on veut être considérées comme des personnes tout à fait ordinaires", conclut-elle. "Ce n'est pas le physique qui compte le plus", a déclaré celle qui préfère valoriser "leur engagement, leur vie sociale ou leurs projets".

L'administration Trump va abroger le plan climat d'Obama
Trump a signé en mars 'décret sur l'indépendance énergétique', qui ordonnait un réexamen du plan climat de M. Les États-Unis sont toutefois le deuxième plus gros émetteur de gaz à effets de serre derrière la Chine.

Lors de cette grande soirée de beauté, 19 pays étaient représentés avec 24 candidates. Cette première édition dans la capitale polonaise a réuni des représentantes d'Angola, Bélarus, Brésil, Canada, Chili, Etats-Unis, Finlande, France, Guatemala, Pays-Bas, Inde, Italie, Mexique, Moldavie, Pologne, Afrique du Sud, Russie et Ukraine.

La soirée s'est déroulée dans une ambiance bienveillante où les candidates ont partagé leurs réflexions sur le fait d'être une femme handicapée aujourd'hui. "C'est la première occasion du genre pour montrer au monde que nous sommes capables de faire vraiment ce que nous voulons" explique Maria Diaz, participante chilienne, au Huffington Post.

Recommande: