La croissance de l'Afrique subsaharienne projetée à 2, 4 % en 2017 (BM)

12 Octobre, 2017, 20:52 | Auteur: Basile Toussaint
  • La croissance de l'Afrique subsaharienne projetée à 2, 4 % en 2017 (BM)

Le rapport souligne " la mollesse persistante de cette embellie, insuffisante pour accroître le revenu par habitant en 2017 ", malgré des perspectives positives.

- ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entraînant dans leur sillage la croissance régionale.

La Chine est en phase de "rebalancement", son économie qui était tirée par un fort taux d'investissement dans les infrastructures, d'investissement public, de transformation des matières premières, est train d'être tirée par la consommation, selon l'économiste.

Le redressement des cours mondiaux du marché des métaux profite aux pays producteurs de la région.

L'inflation globale a marqué le pas dans la région en 2017, la stabilité des taux de change et la hausse de la production vivrière ayant atténué la flambée des prix des produits alimentaires.

Yann Barthès chante à la place de Liam Gallagher — Quotidien
Avouons le, ce n'est pas la même chose que l'original, mais ils ont eu le courage de combler de façon originale, cette mésaventure journalistique.

L'Afrique doit avoir sa propre stratégie d'exportation de produits à forte valeur ajoutée vers le marché chinois, a soutenu mercredi l'économiste en chef de la Banque mondiale pour l'Afrique, Albert Zeufack, lors de la publication de la dernière édition du rapport semestriel de son institution sur l'état des économies africaines.

Selon ledit rapport, la croissance économique en Afrique subsaharienne devrait rebondir à 2,4% en 2017, contre 1,3% en 2016. Il lui est demandé dans le rapport de "redoubler d'efforts pour remédier à l'insuffisance des recettes et contenir les dépenses afin d'atteindre l'équilibre budgétaire".

La plupart des pays africains doivent mettre en place des mesures structurelles pour résister aux chocs, stimuler la productivité, renforcer les investissements et favoriser la diversification de l'économie.

Le déficit du compte courant devrait diminuer légèrement et s'établir en dessous de 10 % en 2019, ce qui est gérable compte tenu du niveau des réserves, estime cette institution financière internationale. Mais, les perspectives restent difficiles pour les pays de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), contraints de s'ajuster à la faiblesse des cours du pétrole qui diminue leurs recettes et augmente leur dette. Les perspectives économiques s'annoncent difficiles cependant: "inferieure au rythme de l'expansion démographique, cette croissance modérée ne suffira pas pour faire reculer la pauvreté dans la région". "En outre, ces performances modérées ne pourront entraîner qu'une hausse modeste du revenu par habitant...", informe l'économiste principale de la Banque mondiale Punam Chuhan-Pole qui a dirigé ce rapport.

Recommande: