Trudeau est à Washington pour rencontrer Trump

12 Octobre, 2017, 18:49 | Auteur: Armand Coulomb
  • Trudeau parle de sa relation avec Trump devant sa fille

La quatrième session de négociations tripartites sur l'avenir de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) s'est ouverte mercredi à Arlington, près de Washington, alors que le président américain Donald Trump souffle le chaud et le froid, n'excluant pas de conclure des accords séparés avec le Canada et le Mexique.

Questionné au sujet d'une éventuelle entente bilatérale avec le Mexique, M. Trudeau a dit savoir que d'autres voies pourraient être explorées, et qu'elles le seront au besoin.

Après sa rencontre avec M. Trump, M. Trudeau s'est dit optimiste quant à la conclusion d'un accord permettant de moderniser ce traité vieux de 23 ans, notant que des millions de gens en ont bénéficié.

Evoquant ses "bonnes relations personnelles" avec le jeune dirigeant canadien, il a estimé que les dés n'étaient pas encore jetés et répété que la fin de l'accord était l'une des hypothèses possibles.

Le nouvel accord doit être "équitable pour nos deux pays", a martelé le président américain, qui a promis en campagne de "ramener" les emplois aux Etats-Unis.

Porto : Aboubakar prolongé jusqu'en 2021, Lorient récupère 7,2 millions d'euros
Les Merlus avaient vendu 30% des droits économiques de l'attaquant camerounais à l'été 2014, pour 3 millions d'euros. Signe de son importance, le Lion Indomptable possède désormais une clause libératoire fixée à 50 millions d'euros.

Le dirigeant canadien a pour sa part menacé de ne pas acheter 18 avions de combat Super Hornet de Boeing si les États-Unis persistaient dans leur volonté de pénaliser Bombardier.

La veille, Justin Trudeau et Sophie Grégoire avaient retrouvé Ivanka Trump à l'événement "Most Powerful Women" organisé par le magazine "Forbes" pour célébrer les femmes les plus influentes du monde des affaires. Pour autant, les relations commerciales sont tendues depuis l'investiture en janvier du milliardaire républicain qui ne cesse de dénoncer l'Aléna comme le "pire accord commercial" qui soit.

L'un des principaux contentieux concerne le déficit commercial des Etats-Unis avec le Mexique (quelque 64 milliards de dollars) que Washington compte résorber.

"Un virage vers le protectionnisme diminuerait les flux commerciaux et les investissements transfrontaliers et entraverait la croissance mondiale", a prévenu mardi 10 octobre le Fonds monétaire international (FMI).

Le président de la Chambre de commerce américaine Thomas Donohue a toutefois fait part de son pessimisme dans un discours prononcé à Mexico mardi 10 octobre.

Recommande: