Lafarge en Syrie: l'ex-ministre Laurent Fabius prochainement entendu?

13 Octobre, 2017, 14:41 | Auteur: Armand Coulomb
  • Laurent Fabius au courant des activités de Lafarge avec Daesh

Selon France Info, l'ONG Sherpa, qui s'est constituée partie civile, demande l'audition par la justice de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de mai 2012 à février 2016. "Il faut aussi rechercher la responsabilité de l'Etat, si jamais l'Etat est aussi impliqué", a expliqué Marie-Laure Guislain, responsable de Sherpa. En 2014, alors que Daech s'étend sur la zone irako-syrienne, les membres de la direction de Lafarge "m'ont forcé à aller au travail en menaçant de me licencier, même s'il y avait des problèmes dans les allers-retours à l'usine avec les groupes armés, et que les routes étaient dangereuses", indique l'un des employés. A France Info, elle fait savoir ce vendredi 13 octobre que son association réclame l'audition de Laurent Fabius dans le cadre de l'enquête sur les activités de Lafarge en Syrie. Le cimentier est soupçonné d'avoir financé indirectement des organisations jihadistes dont l'État islamique, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014, malgré le conflit, sa cimenterie de Jalabiya, au nord de la Syrie.

"La justice française ne doit oublier aucun acteur dans cette affaire", estime la responsable du contentieux de Sherpa, Marie-Laure Guislain.

Drapeau européen : pourquoi il pose problème à l'Assemblée nationale
Les réactions à la proposition d'Emmanuel Macron ont été immédiates, à l'image de celle de Jean-Luc Mélenchon. Un drapeau inspiré de la médaille pieuse, critique Corbière .

Nouveau rebondissement dans l'enquête sur les activités controversées du cimentier Lafarge sur le territoire syrien.

Depuis le mois de juin, trois juges ont ouvert une enquête sur des soupçons de financement du terrorisme et de mise en danger de la vie de ses salariés à l'encontre du groupe français. Il aurait par ailleurs poussé l'entreprise à rester dans cette Syrie en guerre civile. "Tous les six mois, on allait voir le Quai d'Orsay qui nous poussait à rester ", a-t-il exposé. Cité par Franceinfo, le directeur général adjoint de Lafarge assure que l'Etat était tout à fait au courant de l'activité du groupe en Syrie, et l'incitait à poursuivre. Le ministère des Affaires étrangères aurait "alerté le groupe Lafarge sur les risques encourus à rester en Syrie". Une version contestée par une source diplomatique.

Recommande: