Cosmétiques: Plus de 140 produits contrôlés contiennent des conservateurs interdits et dangereux

27 Octobre, 2017, 19:07 | Auteur: Thibaud Popelin
  • Plus de 140 produits cosmétiques contiennent des substances prohibées

L'association de consommateurs avait indiqué avoir recensé une vingtaine de produits cosmétiques toujours en vente dans les rayons des magasins français, alors qu'ils contenaient ces substances interdites.

Les cosmétiques sont dans le viseur de la DGCCRF. Ces deux substances, des conservateurs empêchant le développement des micro-organismes dans les produits, peuvent causer des réactions allergiques. L'enquête visait notamment des traces de methylisothiazolinone (MIT) et d'isobutylparaben, deux substances interdites depuis plusieurs mois pour la première et depuis 2015 pour la seconde.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes annonce ce jeudi avoir retiré des rayons 140 références de produits cosmétiques contenant des substances interdites, après des contrôles menés suite à une enquête d'UFC-Que Choisir publiée en juin. Les enquêteurs ont remonté la chaîne de production, depuis les distributeurs jusqu'aux fabricants. Ces investigations ont montré que de nombreux lots portaient d'anciennes étiquettes mentionnant la présence de substances interdites alors même que les produits avaient été reformulés et n'en contenaient plus. Comment expliquer cet état de fait? La DGCCRF ne donne pas les noms de ces cosmétiques, pour préserver le secret de l'enquête et pour ne pas porter préjudice aux produits qui portent le même nom mais dont la composition a changé.

La MINUSMA perd trois Casques bleus au nord du Mali
Sur l'antenne de RFI, le porte-parole de la Minusma Olivier Salgado a déclaré que les victimes étaient de nationalité tchadienne. Des attaques de ce genre ont coûté la vie à près de 150 casques bleus au Mali depuis 2013.

Pour une partie des infractions, la faute vient des distributeurs. " Certains distributeurs, notamment des gérants de commerces de type "bazar", avaient une connaissance parfois limitée de la réglementation applicable aux produits cosmétiques. Des procès verbaux d'infraction seront transmis à la justice prochainement, les concernant.

" Au vu des résultats obtenus, et du nombre particulièrement important de références contenant des substances interdites retrouvées dans les rayonnages, la DGCCRF maintient une vigilance renforcée sur ces sujets", a-t-elle indiqué dans son communiqué, indiquant qu'elle fera le point " plus globalement", au début de l'année prochaine. "Ils ont par ailleurs souvent indiqué ne pas avoir reçu de consignes de retrait de la part de leurs centrales d'achats", continue la DGCCRF.

Recommande: